Le dernier des Mohicans… François s’en est allé !

Dans la longue liste des  Brouzet, Fontaine, Cendras, Le Boumian, …, François Périé était de ceux, une poignée, peut-être deux !….à avoir donné aux Saintes, à la Camargue une certaine Image…

Avec un physique de jeune premier, il a épaulé Denys, le maître de Cacharel. Combien de photos l’ont immortalisé dans des scènes qui nous reviennent en mémoire ? Ces clichés noir et blanc que l’artiste visionnaire se plaisait à figer.

On retrouve François Perié dans Crin Blanc, Glamador, …, il y joue le rôle du gardian, son propre rôle dans la vie au domaine de Cacharel.

Je vous parle d’un temps … que seuls les hommes de ma génération ont mémorisé : Le Rodéo Camarguais, La Camargue aux Arènes, où les figures charismatiques de cette époque rivalisaient, se jetant des défis dans un spectacle issu d’un métissage culturel que Buffalo-Bill avait jadis influencé lors de son passage en terre camarguaise. François volait au-dessus de deux chevaux lancés à toute allure dans le ruedo Saintois, pour y exécuter un saut de cheval à cheval et autres prouesses du genre.

Le 6 janvier dernier, Florian Colomb de Daunant nous avait conviés à déjeuner en sa compagnie. Martine, qui lui avait succédé à la gestion de la promenade à cheval au début des années 80, m’accompagnait. Ce fut l’occasion pour nous quatre de raviver nombre de souvenirs autour d’un repas savamment préparé par le maître des lieux.

Je ne remercierai jamais assez Florian pour cette initiative. Cela nous permit de voir François une dernière fois. En pleine forme, à la fois expressif, discret et réservé, ce qui faisait son charme.

Je ne peux m’empêcher de penser à Jean-Claude, son fils, que l’on appelait familièrement Coco et qui  fut lui aussi, dans son jeune temps, un grand cavalier spécialisé dans la voltige de spectacle. Il fut champion de France de la discipline. Je lui adresse mon amical souvenir et mes plus sincères condoléances.

François Périé avait, de par les qualités que nous avons évoquées, et grâce aux portes ouvertes par Denys Colomb, tissé des contacts dans le milieu du cinéma. Nombreuses furent les productions qui firent appel à ses compétences techniques.

Ainsi, lorsque Serge Bourguignon demanda ma collaboration pour participer à cheval au tournage de son film sur le voyage en Espagne de Théophile Gautier, François fut présent pour assister le cinéaste.

On ne se voyait que rarement ces dernières années, mais toujours avec plaisir. Lors de quelques rencontres fortuites comme en 2018 où nous nous sommes retrouvés sur le parvis de l’église des Saintes avec Pierre Aubanel et Simone Fontaine à nous souvenir ou à refaire le monde après avoir dit adieu à Florence Clauzel. La semaine suivante, nous nous retrouvions pour accompagner Pierre Aubanel.

Le temps semblait passer sans avoir d’emprise sur lui. Il avait gardé sa superbe, une silhouette de jeune homme. Sa disparition signe la fin d’une époque.

Une fois de plus, Florian avait bien fait les choses en nous conviant, nous ses amis, après la cérémonie pour partager un moment de convivialité à Cacharel, là où tout  commença…

Parmi les proches, Alain Emery, Simone Fontaine, Jean Pierre Clauzel, Marianne Lamour qui fit faire le tour du monde à François pour le tournage de plusieurs films équestres.

Freddy Porte