Castellon. 29 mars. Puerta Grande pour El Fandi et Roca Rey.

No hay billetes pour cette troisième corrida du cycle, la présence de Roca Rey, nouvelle idole des foules, n’étant pas étrangère au remplissage des gradins.

Face au jeune péruvien et à ses compagnons de cartel, El Fandi et José Maria Manzanares, des toros de Juan Pedro Domecq bien présentés, nobles et donnant du jeu.

El Fandi, qui ouvrit la tarde par une porta gayola suivie d’une séries de véroniques de rodillas, donna le ton de la course. Suivirent quatre paires de banderilles, puis une faena un poil contrariée par un bicho tout de bonté et de noblesse mais finissant aplomado. Trasteo de mas a menos conclu d’une lame tendida. Oreille.

Le quatrième ne se livra pas complètement, mais le torero de Granada sut mettre à profit sa mobilité pour patiemment construire une faena de bonne facture qui porta sur les tendidos. Oreille à nouveau après une estocade trasera.

José Maria Manzanares toucha un premier opposant juste de forces (protesté par le public) mais doté du minimum physique syndical pour permettre au garçon de construire une faena dont on retiendra quelques séquences templées. Entière contraire après deux essais a recibir. Salut.

Le quinto afficha plus de présence et l’alicantino sut en tirer parti, le soumettant tout d’abord par le bas avant de courir la main pour allonger la bonne charge du bicho. Un trasteo artistique qui valut à Manzanares de couper un appendice après une bonne estocade.

Andrés Roca Rey n’était pas, une fois de plus, venu pour faire de la figuration. Face au troisième, il fit lever les gradins par des gaoneras ajustées, puis fit à peine égratigner le cuir de son adversaire pour lui garder assez de forces pour le dernier tiers. Longue faena ambidextre du jeune péruvien qui chauffa les gradins avant de conclure par une lame caida qui n’empêcha pas l’octroi d’une double récompense auriculaire.

Roca Rey renouvela semblable prestation face au sixième, au prix d’une voltereta sans conséquences. Une fois de plus son entrega fit bouillir la foule mais pas le Domecq qui termina sur les rotules, obligeant le garçon à voler des muletazos dans les terrains de proximité. Estocade efficace et oreille (avec pétition de la seconde).

Sortie a hombros pour El Fandi et Roca Rey.

Photos : Joël Buravand.
Voir toutes les photos de Joël en cliquant ici : PHOTOS.