Vistalegre. 23 février. Deux oreilles pour Emilio de Justo.

Le mano a mano d’hier à Vistalegre représentait pour Manuel Jesus « El Cid » le premier paseo d’une temporada d’adieu à l’aficion avant la despedida prévue pour la San Miguel de Séville.

Le public, qui remplissait à moitié les gradins, appela donc le diestro de Salteras à saluer à l’issue du paseillo, un salut que le torero pré-retraité des ruedos partagea avec Emilio de Justo.

Face au premier toro porteur du fer de Puerto de San Lorenzo, El Cid sut s’adapter au conditions de son opposant, abanto de salida, humiliant bien au dernier tiers mais durant peu. On retiendra une paire de belles naturelles avant une estocade perpendiculaire concluante. Silence.

Le second adversaire du Cid affichait le A couronné sur la cuisse. Bonne faena droitière du garçon malgré deux désarmés qui firent un peu baisser l’intensité du trasteo et après bref passage à gauche non concluant. Salut après une lame desprendida et ovation à l’arrastre pour le Victorino.

Le quinto, de Parladé, après être passé inaperçu lors des deux premiers tiers, fit illusion par sa mobilité en début de faena avant de faire sombrer le travail du Cid dans la monotonie. Ovation.

Le premier opposant d’Emilio de Justo, arborant la devise du Puerto de San Lorenzo, fut accueilli par véroniques genou ployé avant d’être conduit au cheval (qu’il renversa) par chicuelinas al paso et d’en être sorti par gaoneras. Bon second tiers à charge de Morenito d’Arles appelé à saluer puis une faena contrariée par un bicho qui réduisit ses embestidas et chargea brusquement. Emilio aguanta, puis se défit de l’animal d’une demi-lame complétée par un descabello. Ovation.

Le Victorino Martin sorti avec le dossard numéro 4 fut piqué assez durement par son mayoral avant de s’avérer dur et compliqué dans la muleta du cacereño, n’offrant rien sur la corne droite et se montrant exigeant sur le bord opposé. Emilio de Justo en fit les frais lors d’une voltereta heureusement sans conséquences. Faena vaillante du garçon qui hélas perdit le bénéfice de son travail avec la rapière. Ovation.

C’est avec le Parladé sorti en sixième position qu’Emilio de Justo put développer sa conception classique et pure du toreo. Bonne faena ambidextre du torero qui lia de profondes séries sur les deux mains, aidé en cela par le bicho qui chargea avec un bon rythme. Final par naturelles de face avant une estocade concluante faisant apparaître deux mouchoirs au palco. Ovation à l’arrastre.

Sortie a hombros pour Emilio de Justo qui signe là une belle entrée en matière pour une saison qui devrait être l’une des plus importantes de sa carrière.

  • El Cid : silence, salut et ovation.
  • Emilio de Justo : ovation, ovation et deux oreilles.

 

Le prix au meilleur toro du desafio ganadero revint à « Morisco » de Victorino Martin sorti en troisième position et lidié par El Cid.

(Photo : Arjona)