Valdemorillo. 10 février. Deux oreilles pour Escribano et blessure pour Pepe Moral.

Seconde et dernière corrida de la Feria de San Blas de Valdemorillo avec un mano a mano entre Manuel Escribano et Pepe Moral, les toros de Miura arbitrant la confrontation.

Hélas l’arbitrage fut défavorable à Pepe Moral qui fut blessé par son premier adversaire au final d’une véronique. Face à ce bicho reçu par une larga dans les tablas, le sévillan ne renonça pas, continuant la lidia d’un toro compliqué lui offrant peu d’options. Palmas après une estocade basse portée au second assaut et départ pour l’infirmerie.

Une infirmerie dont, contre toute attente, il ressortit pour combattre le quatrième. Hélas pour lui, ce second opposant ne manifesta pas plus de qualités que le premier. Ovation avant de retourner à l’infirmerie pour ne plus en ressortir.

Manuel Escribano dut donc se confronter à quatre Miura. Le beau premier avait peu de parcours, une absence de charge qu’il manifesta dès les premiers capotazos et qui s’accentua par la suite. Le torero de Gerena insista, trop peut-être, pour un résultat sans grand relief. Ovation pour la volonté.

Le troisième, accueilli par une larga de rodillas, afficha au final une certaine mansedumbre compensée par une bonne dose de mobilité et de noblesse. Escribano mit à profit ces qualités avant que le bicho ne se dégonfle. Oreille après une bonne lame.

Le quinto, affichant six quintaux sur la romaine, fut lui aussi reçu par une larga a porta gayola périlleuse avant d’afficher quelques qualités face au cheval, puis au second tiers. Noble mais soso au final, il permit au diestro une faena de bonne facture qui lui permit de couper l’oreille de la Puerta Grande après une spectaculaire estocade.

Face au dernier de la course, Escribano se montra tout aussi volontaire que précédemment, mais sans pouvoir briller face à un bicho décasté peu propice au succès. Ovation.

A noter que Manuel Escribano banderilla ses adversaires avec le métier qui est le sien, et quelquefois de façon spectaculaire.

  • Manuel Escribano : ovation, oreille, oreille et ovation.
  • Pepe Moral : palmas et ovation.

.

Pepe Moral souffre d’une cornada interne de 10 cm au-dessus du genou gauche et d’une possible lésion des ligaments du coude droit (à confirmer par IRM).

(Photo : Javier Arroyo)

VOIR LA VIDÉO DE LA CORRIDA.