Méjanes, l’étoile de Paul Ricard.

Méjanes annonçait, fin janvier, sa programmation de juillet.

La 48ème édition du Rejon d’Or aura cette année une saveur particulière. Elle va tout naturellement dans le sens de ce que souhaitent les aficionados qui déplorent souvent le manque de renouvellement des cartels.

Fort de ce constat, cette année place est donnée aux jeunes talents. Pas moins de quatre jeunes réjonéadors vont avoir le privilège de se disputer le célèbre trophée. Ils ont pour nom : Juan Manuel Munera, Paco Velasquez, Antonio Prates, Duarte Fernandez.

Trois d’entre eux, n’ayant pas reçu l’alternative, combattront des novillos de la ganaderia Diego Ventura. Seul Munera affrontera un toro du célébre ganadero star du rejonéo.

Cerise sur le gâteau, Diego Ventura sera présent au cartel pour combattre, hors concours, deux exemplaires de son propre élevage.

Il aura également la responsabilité de chef de lidia et de parrainer ces jeunes cavaliers tauromachiques. Ce sera également l’occasion pour lui de recevoir l’hommage que Méjanes réserve chaque année à une star de la discipline. Sa carrière époustouflante le mérite.

C’est le 48ème trophée qui va être mis en compétition. Quel bel anniversaire ! Figura du rejoneo, numéro 1 actuel, Ventura l’a remporté plusieurs fois.

Méjanes va souffler également 80 bougies : anniversaire de son appartenance à la famille Ricard. Michèle Ricard, propriétaire des lieux, aura à cœur de rendre hommage à cette formidable aventure paternelle et d’en raconter un bout d’histoire lors de ces journées festives des 19 et 20 juillet prochains. Histoire de Paul Ricard le visionnaire, Méjanes l’étoile de Paul Ricard.

Autour de ce grand rrendez-vous tauromachique s’articule une belle feria avec animations et spectacles équestres inédits qui durant 48 heures vous transporteront dans l’univers du cheval et du toro.

Soulignons que les jeunes cavaliers toreros sont les protégés de Diego Ventura, ce dernier leur insufflant son sens du rejonéo, sa technique et sa philosophie afin que la tauromachie équestre ne tombe pas dans la monotonie qui la guette parfois.

Nous ne pouvons que nous en satisfaire et féliciter ces initiatives qui vont tout à fait dans le sens des valeurs que nous défendons.  

Ces valeurs sont véhiculées par la tauromachie mais aussi par la pratique de l’équitation que d’aucuns ont tendance à oublier et qui sont chères également à Paco Ortiz, créateur de la fameuse route équestre Doñana-Camargue qu’il initia en solitaire en 2013 avec son cheval Manguara. Cette route, qui lui tient tant à cœur et qu’il voudrait voir se pérenniser et même se développer vers l’Italie, particulièrement le Delta du Pô.

Nous ne pouvons que formuler le vœu que ses souhaits soient exhaussés et entendus notamment par les parcs concernés : celui de Camargue bien sûr, mais aussi le Parc Andalou, celui du Delta de L’Ebre, les parcs italiens, ainsi que par les organismes pour qui le développement touristique, culturel et économique font écho.

Conscient des valeurs évoquées plus haut telles que le goût de l’effort, le dépassement de soi, Francisco Ortiz Acuna œuvre de manière désintéressée à la réussite de cette entreprise. Qu’il en soit félicité et soutenu dans sa démarche !

Freddy Porte.