Mexico. 12 décembre. Triomphe de Roca Rey pour la Corrida Guadalupana.

Le jeune matador péruvien Andrés Roca Rey a ajouté un nouveau triomphe à la longue liste des succès qui jalonnent un parcours des plus remarquables.

Hier devant 40 000 aficionados, le garçon a su construire, face au bon toro de Jaral de Peñas sorti en dernière position, une superbe faena qui a enchanté un public jusque là un peu déçu au terme d’un spectacle de près de quatre heures. L’estocade foudroyante fit apparaître deux mouchoirs au palco. Vuelta triomphale du torero et sortie a hombros pour un Roca Rey souverain. Auparavant le péruvien n’avait pu trouver l’accord avec un toro de Villa Carmela aux charges brusques (silence).

Morante de La Puebla, chef de lidia du jour, laissa quelques détails au capote à son premier (de Xajay) avant de prendre très vite l’épée de mort (sifflets). Le second adversaire du sévillan (de Teófilo Gómez), juste de présentation (protesté par le public) et très juste de forces, fut renvoyé aux corrales et remplacé par un sobrero de Los Encinos peu collaborateur. A nouveau Morante abrégea le débat sous la bronca.

Joselito Adame, encore convalescent de la cornada subie au campo quatre jours auparavant, avait tenu à être présent. Face au noble  premier de Santa Barbara, il se montra professionnel mais connut quelques déboires à la mort (salut). Comportement à l’identique face à son second, un toro décasté de Barralva, qui ne lui permit pas de hausser le niveau (silence).

Sergio Flores se montra volontaire et toréa à bon niveau face à son premier adversaire de Los Encinos mais un mauvais maniement de la rapière le priva d’un possible trophée (silence). Le septième, de Campo Hermoso, manso et compliqué, n’offrit aucune option de triomphe au mexicain (nouveau silence).

  • Morante de La Puebla : sifflets et bronca.
  • Joselito Adame : salut et silence.
  • Sergio Flores : silence aux deux.
  • Andrés Roca Rey : silence et deux oreilles.

 

(Photos : Plaza Mexico)