Journées Torrito Aficion 2018, le ressenti de Frédéric Germain.

Dimanche, alors que nous profitons encore du soleil de Gerena avant le retour sur Nîmes, Fabrice me dit « tu voudrais bien écrire quelque chose pour mon blog ? ».

Je m’excuse par avance auprès de vous lectrices et lecteurs aficionados. Car ma connaissance des codes, des termes et de la culture tauromachique sont très, trop modestes. Alors ce sont plus mes émotions qui vont parler qu’une analyse tauromachique dont je me garderais bien.

J’ai rencontré Fabrice pour la première fois il y a 4 ans, à Mirandilla, par une connaissance commune et une belle journée d’octobre. Intuitivement, je savais que j’y reviendrai un jour.

Cette année, l’occasion m’était donnée de venir participer à la 2nde journée Torrito Aficion 2018 le vendredi 30 novembre ainsi qu’à la Fiesta Campera du samedi. Une première.

Le jeudi matin, alors que les autres membres du groupe dorment encore (la soirée au village s’était prolongée tard…) et que le soleil n’était pas encore levé, Fabrice passe me chercher au village et nous faisons la route vers Mirandilla. 

A la finca, où le calme du jour qui pointe tranche avec l’animation de ceux qui suivront, il me confie à deux de ses vaqueros. Nous partons distribuer du pienso dans différents enclos, inconfortablement assis sur le garde-boue d’un bruyant John Deere mais si heureux du spectacle qui s’offrait à moi. Le blanc de la brume, le bleu du ciel, le noir bravo et un vert que je n’imaginais pas voir en Andalousie. Un peu égoïstement, j’avais le sentiment d’avoir Mirandilla que pour moi. Le séjour s’annonçait bien.

Au retour vers la finca, nous sommes un petit groupe à œuvrer au tri des veaux dans le corral, pas toujours sans doute de façon académique mais avec beaucoup de joie et de sourire, Fabrice en chef d’orchestre calme.

Le vendredi matin, la journée débute à nouveau sous le soleil et les eucalyptus avec un accueillant petit déjeuner (des migas en Madeleine de Proust…) pour prendre des forces pour la ferrade à suivre.

Un trentaine de veaux, males et femelle à part quasi égale, beaucoup d’animation, de combat de boue, quelques tee-shirt déchirés et Fabrice qui m’a permis de marquer mon premier veau. L’émotion m’a fait oublié le numéro, je crois qu’il s’agit du 105.

Nous enchaînons cette belle journée par une visite du campo en charrette et une tienta « a campo abierto » que je découvre aussi pour la première fois. Comme je découvre « Solalito ». Quand je vous disais que ma culture taurine était limitée…

La journée se poursuit par un très convivial apéritif au soleil, dans le beau jardin de Mirandilla, orné de deux majesteux bougainvilliers. Nous prenons place, après quelques verres et tapas, dans la grande salle de réception pour y déguster un succulent « cocido », convivialité, échanges et danses sévillanes pour terminer la journée à Mirandilla…avant une « grande faena » dans le village… !

Courte nuit. La journée du vendredi était plutôt tricolore à Mirandilla, celle du samedi de la Festa Campera est sous le signe du mélange franco-espagnol. Fabrice sait créer la rencontre de ces « 2 mondes » un peu cloisonnés. Il sait aussi créer  la rencontre des générations comme cet échange plein de tendresse entre Tomas Bastos, Victor Mendes et Tomas Campuzano. 

Au risque de me répéter, je ne m’aventurerai pas dans une analyse tauromachique, par respect aux connaisseurs que vous êtes. J’ai pris autant de plaisir à voir l’engagement et la passion des jeunes présents que les Albaserrada, vaches, novillos ou toros.

La journée s’est prolongée tard dans l’après-midi, autour des comptoirs et des tables dressées prêts de la « plaza de tienta », boissons fraîches et tapas chauds, au son « live » de la musique andalouse et de 2 vaches qui auront permis à la jeunesse de s’amuser ou briller encore un peu.

Dans « l’Appel de Séville », Francis Woll commence par « on ne peut pas comprendre la corrida sans Séville ». 

J’ai envie de vous dire « on ne peut pas comprendre le toro bravo sans Fabrice ». Il fait partie des rares qui transmettent avec passion, bienveillance et pédagogie. Avec ce sourire qu’il partage avec Isabel et leurs filles.

Voilà, modestement, à ta demande Fabrice, mon « Mirandilla 2018 ».

Abrazo
Frédéric GERMAIN

paru sur le blog de Fabrice Torrito « Les carnets du mayoral » le 4 décembre 2018.
Avec l’aimable autorisation de Fabrice Torrito.