Piquer ou ne pas piquer…

Un petit plagiat du célèbre «être ou ne pas être» dans Hamlet de William Shakespeare.

Le 6 juillet 2003, Bessan, petite localité près de Béziers, organise une novillada non piquée. Le bétail appartient à André Castella «El Biteri», père de Sébastien. La finca se situe au Domaine de Sainte Thérèse (origine Victorino Del Rio).

Andrés de los Rios (1), premier torero natif de Manizales (Colombie), élève de l’École taurine de Madrid, même promotion que Luis Bolivar.

Jorge Vargas, jeune becerrista mexicain.

Cédric Viotti , arlésien de l’ETA (Ecole Taurine d’Arles), cousin de Raphaël «Lisita». Il fera sa présentation chez lui en piquée en compagnie de Javier Solis et Ismaél Lopez devant des pupilles de Patrick Laugier le 9 avril 2004.

Devant la puissance des erales, les cuadrillas demandent de piquer le bétail. En l’absence de picador, c’est un jeune aspirant de la cuadra d’Alain Bonijol, qui va officier en traje corte : Gabin Rehabi (2). 

Andrés de los Rios nous a quittés le 9 janvier 2018, « Vivir sin torear, no es vivir »  (José Tomas).

Jorge Vargas est le mozo de espada du Maestro Sébastien Castella.

Cédric Viotti a arrêté sa carrière.

Gabin Rehabi, pour sa treizième année dans les ruedos, a gagné en 2018 :

  • le Prix de la meilleure pique à Zaragoza, Toro de El Pilar, Maestro Imanol Sanchez.
  • Le Prix à Algemesi, novillo de Victorino Martin, Maestro El Rafi.
  • Le Prix à Boujan pour l’ensemble de la Feria, Maestro Maxime Solera.

« Les hommes sont maîtres de leur liberté » W. Shakespeare 1594.

Jacques Lanfranchi «El Kallista»
dimanche 2 décembre 2018.

Photo : Magnifique soirée sur TOROS +, où Gabin Rehabi, le professionnel et l’aficionado a los toros, a joué une partition remarquable à l’unisson des autres partenaires dont Adolfo Martin (cf le site TOROBRAVO avec le lien de l’émission).

  1. Alternative avec César Rincon et El Cid, le 5/1/2006 à Manizales ; Toros d’Ernesto Gutierrez (quatre oreilles), présentation à Madrid en 2005, premier novillero Manizalila.
  2. le 11 novembre 1986 à Saint Sever, lors d’un festival non piqué, Juan Villanueva demande les piques, après les banderilles. Toro Morlanero de Marcel Tines (origine Escudero Calvo) Ce fut le premier indulto d’un toro français  en France.