Une pensée pour Nimeño II.

Il y a (déjà) 27 ans nous quittait à Caveirac, près de Nîmes, l’un des plus grands toreros qu’ait engendré l’histoire taurine tricolore, à savoir Christian Montcouquiol dit « Nimeño II ».

L’homme nous quittait, mais un toro de Miura du nom de « Pañolero » avait déjà occasionné la mort du torero, lequel s’était battu pour revenir à la vie mais ne s’était jamais remis du fait qu’il ne pourrait jamais plus toréer. 

Après plus d’un an de lutte acharnée, Christian avait retrouvé l’usage de ses jambes et du bras droit. Insuffisant pour lui dont le but était de fouler à nouveau le sable de l’arène…

Et donc celui qui avait ouvert la voie aux toreros français a choisi d’interrompre définitivement en ce 25 novembre 1991 ce chemin de vie lumineux qui l’avait mené à la gloire et qui s’était arrêté à Arles ce funeste 10 septembre 1989.

Si l’homme et le torero qu’on ne saurait dissocier nous ont quittés, le souvenir perdure.

Repose en paix, Christian Nimeño, l’aficion ne t’a pas oublié et te conserve en son coeur.