Zaragoza. 14 octobre. Les adieux réussis du Pirate.

Un autre No hay billetes après celui de la veille pour célébrer cette fois les adieux de Juan José Padilla qui effectuait son dernier paseillo de professionnel sur le sol européen.

Logiquement le Pirate fut appelé à saluer avant le début des débats. Pour ces adieux à la profession, les organisateurs avaient choisi un lot de toros de Nuñez del Cuvillo un peu juste de coffre mais bien armés.

Le premier du jerezano afficha une certaine mansedumbre. Padilla composa avec ce toro vite dégonflé qui se livra un peu à droite avant de lorgner vers les tablas et de s’y réfugier. Silence après quelques longueurs avec les aciers. Bien décidé à ne pas partir sur un échec, c’est de rodillas a porta gayola que le Pirate accueillit le quatrième par une larga cambiada , poursuivant par chicuelinas al paso pour mettre l’animal en suete, puis terminant ce premier tiers par un quite par faroles et serpentina. Brindée à ses enfants, la dernière faena de Padilla fut à la hauteur des attentes de tous, le jerezano paraphant son trasteo d’une bonne estocade. Deux oreilles synonymes de Puerta Grande. Le but était atteint.

José Maria Manzanares signa une première faena ambidextre de bonne facture, bien que d’inégale intensité. Oreille après une grande estocade. Face à un second toro d’aussi bonnes dispositions que son premier, l’alicantin réalisa une faena de belle facture (brindée à Padilla) qui aurait pu être primée d’une double récompense si Manzanares n’avait pas pinché au premier assaut. Oreille tout de même.

Alejandro Talavante mit le public debouut lors d’une première grande faena remarquablement débutée sur la gauche puis poursuivie à niveau égal sur la corne opposée, un trasteo de deux oreilles qui se réduisit de moitié pour avoir pinché au premier envoi. Bien au capote face au sixième, Talavante initia sa seconde faena à l’identique de la première mais cette fois l’intensité baissa lors du changement de main, le Cuvillo s’éteignant à mi-parcours. Des longueurs avec les aciers réduisirent la récompense à un salut.

A noter que le banderillero Jesús Miguel González « Suso », de la cuadrilla de Manzanares,fut blessé par le second de la tarde qui le cueillit lors d’une ultime charge après avoir reçu l’estocade. Bilan : cornada de trois trajectoires dans la cuisse droite. Pronostic peu grave.

  • Juan José Padilla : silence et deux oreilles.
  • José Maria Manzanares : oreille et oreille.
  • Alejandro Talavante : oreille et salut.

Photo : Joël Buravand.
Voir toutes les photos de Joël.