Nîmes. 15 septembre (tarde). La Vierge Marie et Sainte Anne n’ont pas fait de miracle, quel ennui !

L’été indien s’est installé sur l’amphithéâtre nîmois rempli seulement à hauteur d’un quart.

Paco Ureña, récemment blessé à l’œil gauche, est remplacé par Andy Younes, aux côtés de Joselito Adame et Ginés Marin. La ganaderia Virgen Maria et son 2ème fer Santa Ana faisaient leur présentation en corrida à Nîmes. Ce soir, le ganadero français doit être bien déçu. De belle présentation, les toros ont manqué cruellement de fond et de race, ne transmettant aucune émotion, entrainant l’ennui du public.

Joselito Adame hérite en premier lieu du seul cornu valable de la soirée, qui prend sans histoire deux piques avant un quite par chicuelinas et de belles paires de banderilles de la cuadrilla. Le mexicain entame sa faena de muleta par des séries droitières bien enchainées et bien centrées. Musique. A gauche il réduit les distances tout en restant sincère. Il construit une faena honnête et en termine par des luquecinas et par une entière delantera. Une oreille méritée. Avec ce toro, l’aficionado avait mangé son pain blanc, le reste de l’envoi étant catastrophique.

Son second prend deux vilaines piques au milieu du dos. Ginés Marin tente un petit quite brouillon. Il débute ensuite par des statuaires, ce sera bien la seule chose à noter face à la terrible fadeur de son toro. Un avis, un pinchazo, une épée atravesada et un descabello. Grand silence, arrastre sifflé.

Le premier adversaire de Ginés Marin est un joli colorado de 557 kg qui prend deux piquettes en s’endormant sous le cheval. Brindis au public. Le torero commence avec la muleta main droite à genoux puis accompagne son adversaire au centre mais sans peser sur le toro qui s’éteint peu à peu. Il en conclut dans l’ennui total par une entière tombée. Silence.

Le cinquième est un Santa Ana qui va prendre deux piques légères et bien dosées. Quite de l’Arlésien Andy Younes par gaoneras et revolera. Ginés Marin tente de dessiner une faena devant son cornu bien fade. Il reste en marge et multiplie les redondos pour essayer de soulever la foule, en vain. Un avis. Il en termine par des bernardinas. Un pinchazo, une escalope et une 3/4 trasera. 2° avis et il s’octroie une vuelta.

Le jeune Andy Younes n’a combattu que des Santa Ana. Son premier, un petit peu plus modeste de présentation, est reçu de façon brouillonne au capote avant deux piques quelconques. Joselito Adame tente un quite qui s’avère une chiffonnade. A la muleta, le cornu se couche seul et éteint la lumière. Plus grand-chose à noter. 3/4 d’épée caida. Silence pour le piéton et sifflets pour la dépouille.

Le dernier de cette triste soirée prend une pique et demie, le palo du piquero se brisant en deux. Comme à son habitude, l’arlésien démarre sa faena de muleta par cambiadas au centre de la piste et tente de dessiner une faena essentiellement droitière, le côté gauche étant plus compliqué. Ce jeune devait être très bon en géométrie, il n’a fait que tracer des lignes. L’exercice s’éternise par d’habituels redondos. Trois pinchazos, un avis, une demi-épée concluante. Silence.

Quand les toros ne sont pas là, l’émotion est absente.

Reseña : Christophe Dumond. Photos : Paco.