Juan Bautista annonce sa despedida.

Le matador arlésien Juan Bautista a annoncé hier lors d’une conférence de presse donnée dans les jardins de l’hôtel Jules César, qu’il se retirerait des ruedos à la fin de cette temporada, se réservant un paseo d’adieu pour la Corrida Goyesca 2019, une année qui marquera ses vingt ans d’alternative (11 septembre 1999 à Arles).

Juan Bautista, en préalable à sa prise de parole, a reçu trois prix, celui de l’Association des Critiques Taurins du Sud-Est (prix au meilleur matador de la temporada 2017, que j’ai eu l’honneur de lui remettre pour la troisième fois), celui de la meilleure faena de la Feria de Pâques 2017 décerné par le site Actu Toro, et le Trophée César Giron décerné par le Club Taurin Paul Ricard d’Arles récompensant le triomphateur de la Feria de Pâques 2018.

Jean-Baptiste prit ensuite la parole en commençant par remercier les personnes qui lui ont remis ces trois prix, puis toutes celles qui l’ont accompagné et soutenu tout au long de sa carrière, et particulièrement son père dont l’ombre planait au-dessus de l’assemblée. Cette décision, longuement mûrie, s’appuie sur le fait qu’il est des étapes qu’il faut savoir conclure à temps et dans les meilleures conditions possibles en respectant les aficionados. En effet, la temporada qui s’achève ne fut pas des plus facile mentalement pour Juan Bautista déstabilisé en début de saison par le décès de son père et qui a voulu poursuivre malgré les difficultés, une temporada où il a parfois un peu perdu le sitio. Reste sept contrats à remplir, le dernier paseo étant prévu à Zaragoza lors de la Feria del Pilar.

Quant à l’avenir, Jean-Baptiste a annoncé vouloir consacrer son temps à la ganaderia, à la gestion des arènes d’Arles et bien sûr à sa famille dont ses obligations professionnelles l’ont souvent éloigné. D’autres projets personnels, sans rapport a-t-il dit avec la Fiesta, seront aussi au menu des prochaines années.

Très ému, Juan Bautista a reçu une belle ovation de l’assistance à la fin de son intervention.

Suerte, Maestro, avec le plaisir de te rencontrer encore souvent !