Bayonne. 2 septembre (tarde). Luque coupe deux oreilles. Blessure pour Roman.

Grosse demi-arène, soleil et température agréable, deux heure trente-cinq de spectacle.

Six toros de La Quinta, parfaitement dans le type Santa Coloma, de 480 à 530 kilos, tous deux piques à l’exception du troisième, trois châtiments. Souvent compliqués à la muleta mais demeurant toréables. Roman blessé au dernier, son toro sera tué par Juan Bautista.

  • Juan Bautista (blanc et or), au premier, une quart de lame a recibir, salut au tercio ; au quatrième, une entière a recibir d’ecole, un descabello, avis, silence. Au dernier, toro de Roman, un entière, pétition d’oreille.
  • Daniel Luque (rouge et or), au deuxième, une entière, deux oreilles ; au cinquième, un quart de lame, une demi-lame, un descabello, salut.
  • Roman (blanc et argent), au troisième, un pinchazo, une entière, avis, salut ; au dernier, blessé au premier tiers.

Deux oreilles pour Daniel Luque, mais pas de sortie en triomphe alors que Roman est à l’infirmerie, châtié par le dernier La Quinta. Une course compliquée où Juan Bautista n’a pas toujours été compris par le public qui n’a pas su voir son second combat.  Encore une corrida entretenida, passionnante de bout en bout.

Juan Bautista, ouvre la tarde par un grand tercio de cape. Par la suite, il se retrouve parfait sur la main droite mais face à un ennemi un peu tardo, qui baisse le rythme, en fait c’est sur la main gauche qu’il sera le plus dominateur. Mais on trouvera un immense Bautista avec « Embustero », son deuxième La Quinta. Un début de faena très calme et lent où il décompose les passes. Il vient très vite au-dessus du toro et se régale en glissant progressivement sur la main gauche où il demeurera pour finir une immense faena. Son recibir sera immense… mais le public demeurera froid face à ces grands moments. Il ne demandera qu’une récompense lorsqu’il aura tué le dernier toro, celui de Roman qui est à l’infirmerie.

Daniel Luque, est immense, «énorme» à la cape. C’est l’annonce de l’immense combat qu’il va livrer. Ce sont d’énormes séries sur les deux mains où tout le monde se fait plaisir en musique. Souvent Luque nous donne de grandes et belles leçons de temple. Et chaque fois la perfection sur les deux mains. Une  vraie et grande faena de deux oreilles.

Il n’a plus la même envie lorsqu’il revient. Il est très pauvre à la cape et sa cuadrilla échoue aux banderilles. L’animal qu’il combat est faible, il s’écroule par deux fois à la sortie de pechos. En fait l’ensemble est un peu mou et bien loin de ce que l’on a vécu auparavant.

Roman est bouffé par l’ambition et c’est bien ! Après une tercio de cape très moyen il parvient à arracher une faena là où elle n’est pas. Le reste de sa sortie ne sera qu’une lutte pour s’imposer, mais lutte sans réussite. Au second il passe rapidement sur le tercio de pique et en amenant le toro au cheval, se retrouve pris… Une cogida spectaculaire s’ensuit. II est relevé et repris au sol à deux reprises. Puis touché au mollet et KO. Il veut continuer mais Juan Bautista l’en dissudade. Roman aura manqué sa reprise avec l’afición du Sud-Ouest.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol.
Reportage photos : Jean-Pierre Souchon.