Retour sur la Feria de Saint-Gilles (3). 19 août (tarde). Triomphe d’Emilio de Justo.

Arènes Emile Bilhau. 3/4 d’entrée. Temps chaud mais agréable.

Toros de Luis Algarra , tous bien présentés pour la catégorie, supérieurs en tamaño les 1° et 6°, qui offrirent du jeu dans l’ensemble, au-dessus du lot les 4° et 6° primés d’une vuelta posthume.

  • Emilio de Justo : deux oreilles et deux oreilles.
  • Thomas Joubert : ovation et applaudissements.
  • Andy Younes : oreille et applaudissements.

.

Emilio de Justo débuta avec un opposant charpenté, annoncé astillado, qu’il salua par véroniques avant que le cornu ne prenne deux rations de fer, la première avec force, la deuxième pour la forme. Brindis au public avant bon début par le haut en gagnant le centre. Une très bonne série de la droite liée à la bonne charge du toro firent démarrer la musique. S’ensuivent deux autres séries droitières de bonne facture laissant entrevoir une certaine noblesse dans l’opposition. Le torero de Caceres fit admirer son poignet gauche sur deux tandas correctes d’où le bicho sortit la tête à mi-hauteur. Retour à droite pour une série de grand son au tracé quasi-parfait. Manoletinas et joli changement de main avant de conclure par un espadazo libérant deux oreilles, généreuse la seconde.

Avec le quatrième, plus commode d’armure, Emilio de Justo fit à nouveau chavirer le cirque. Avant cela, le toro prit une seule ration de fer où il s’employa sans grandes secousses toutefois. Bon quite par delantales avant de débuter avec la flanelle le long des tablas et d’instrumenter en suivant une grande tanda droitière. De Justo prit la gauche où, alliant fermeté et soin, il embarqua le cornu dans deux séries pleines de temple et de toreria. Passage à droite de grand son, allongeant le bras, face à un toro noble et qui avait du rythme. Une ultime série de naturelles supérieures vint conclure la partition du cacereño guidé depuis le callejon par Ludovic Lelong «Luisito». Nouvel espadazo foudroyant. Deux oreilles en toute légitimité, au moins plus qu’une vuelta généreusement accordée.

Thomas Joubert salua correctement son premier adversaire avant que celui-ci n’aille seul à la rencontre de la pièce montée pour une pique préservée précédant une vuelta de campana. Quite par chicuelinas puis brindis au public pour un excellent début de faena par statuaires, passe changée et desden. S’ensuit une belle série droitière avec subtil changement de main. Thomas va ensuite doucement ciseler trois naturelles de belle facture. Retour à droite pour deux tandas droitières ajustées avec temple et verticalité dans le pur style de la maison face à un toro noblon mais qui va a menos. Final sincère par naturelles de face toutes initées par cartucha de pescado. Hélas Thomas eut des difficultés à conclure son oeuvre. Pinchazo puis trois-quart longue d’effet, deux avis et descabello. Ovation.

Le quinto ne confirma pas l’adage et parut compliqué dès la sortie, toro pegajoso qui prit une pique sans style en poussant un soupçon avant deuxième rencontre pour la forme. Salut après la pose des bâtonnets pour Marc-Antoine Romero. Début genou ployé le long des tablas avant de rejoindre le centre. Thomas dut abandonner son toreo fin et inspiré pour un toreo un peu plus technique face à un toro brusque et violent, chargeant à mi-hauteur. La partition de l’arlésien ne prit jamais son envol malgré sa volonté, hormis quelques échanges corrects. Deux demi-lames avant descabello et un avis.

Andy Younes salua correctement le troisième avant que ce dernier ne prenne une pique sans style. Bon quite de l’arlésien puis salut des banderilleros Marco Leal et Manolo de los Reyes. Andy brinda ensuite au public une faena excellemment débutée par rodillazos. Andy embarqua ensuite le cornu, à la charge quelconque, dans une bonne série de la droite soignant le geste au possible. Le passage gaucher fut de moindre impact donc retour logique sur l’autre rive pour deux bonnes tandas comprenant une demi-douzaine de derechazos de très bonne facture. Le jeune torero arlésien opta ensuite par un toreo de proximité, les conditions a menos du bicho ne permettant guère plus. Adornos et toreo en redondo avant de conclure par trois-quart tendida et traserita libérant une oreille après pétition.

L’ultime fit impression d’emblée pour son tamaño imposant. Andy l’accueillit correctement par véroniques. Le Luis Algarra poussa un peu sous le fer avant de recevoir une deuxième ration pour la forme mais à la demande du président. L’arlésien offrit son combat au respectable et initia celui-ci par un vibrant cambio au centre. Le toro, noble, venait de loin dans la muleta d’Andy qui signa trois séries droitières d’un excellent cachet, se relâchant avec douceur et temple notamment sur une grosse tanda en redondo avec joli changement de main. Moins évident à bâbord malgré quelques naturelles de qualité. Retour à droite pour une nouvelle grosse série avant final par luquecinas. Hélas Andy vit s’envoler tout espoir de triomphe par un maniement défectueux de l’épée. Deux pinchazos avant trois-quart tendida. Un avis et débâcle du puntillero.

Sortie à hombros du cacereño Emilio de Justo et du mayoral.

Reseña : Pierrick Charmasson (http://toriltv.com/). Photos : Yves Porras.