Béziers. Retour sur la corrida de rejon du 14 août.

Trois-quarts d’entrée aux arènes du Plateau de Valras pour le mano à mano MendozaLéa Vicens.

Pour ce 50ème anniversaire, c’est une corrida de rejon qui revenait au programme avec un cartel séduisant opposant la star mondiale du rejoneo à la séduisante cavalière française. Ce n’était pas vraiment un affrontement mais plutôt un duo de complémentarité.

Un beau lot de toros de Fermin Bohorquez avec de la tête et du trapio, des poids allant de 520 à 575 kg ; ils donnèrent  dans l’ensemble un jeu intéressant et furent tous applaudis à l’arrastre. Le plus noble fut le 1er de Pablo, cependant il chercha querencia à mi-faena.

En tant que chef de lidia, Pablo Hermoso de Mendoza ouvrit le bal et toréa  le n° 17. Dès la salida le toro se mit dans la queue de Jibajo qui le recorta merveilleusement. Un bon castigo lui fut administré et Brindis puis Gaito rivalisèrent dans l’approche de face et des poses de bâtons à étrier. Albino en termina d’une entière trazera avant trois courtes :  une oreille.

Alquimista reçut le second de Pablo qui posa un bon châtiment, avant que n’entre en scène Disparate, l’auteur de deux banderilles de qualité agrémentant la faena d’une tentative d’hermosina sur un toro qui décrochait vite. Principe et Bacano terminèrent la faena de deux courtes et d’une paire à deux mains : une entière trasera efficace emporta le bicho qui laissa ses deux pavillons dans l’escarcelle du navarrais.


Le n° 3, affichant 575 kg, sortit en 5ème position et fut reçu par Barrabas qui oeuvra pour deux castigos. Extraño eut à son actif trois jolis bâtons templés de face en pesant sur le toro. Januca, trois également et à nouveau Bacano entrant en lice pour trois courtes et une paire à deux mains. Une lame après deux pinchazos et les trophées s’envolèrent. Pablo salua aux tiers.

Le maestro nous montra un toréo et une équitation épurés, dénués de tous artifices, d’une grande régularité. Il toucha un public puriste.

Léa Vicens mit l’accent, avec la féminité gracieuse qui la caractérise, sur la haute école que ses chevaux exécutent avec brio. La perte récente de Petit Pois l’obligea à utiliser par deux fois la jument isabelle Guitarra pour recevoir ses 1er et dernier Bohorquez. Bach reçut son second qui sortait en 4ème position. L’alezan brûlé nous sembla un peu fatigué. Il tint sa place malgré tout. Pas facile d’enchaîner une temporada qui bat son plein à la mi-août et qui se déroule à un rythme effréné. Rançon du succès que la française rencontre partout, les chevaux fatiguent en particulier lors des longs voyages, n’ayant que peu de temps de repos entre deux courses.

Guitarra reçut le n° 102 avec de bons recortes administrant deux castigos, le premier sur l’épaule gauche. Bético, Bazuka et Jasmin furent de précieux auxiliaires pour une faena bien construite et bien rythmée. Espontaneo termina d’ une entière après un pinchazo qui lui valut une oreille.

Le n° 71 fut reçu avec Bach pour deux castigos, le premier un peu bas le second trasero. Gacela, Diluvio et Greco collaborèrent à une belle faena qui se conclut avec Espontaneo d’une entière : une oreille.

Le 6ème et dernier exemplaire portant le n° 23 nous permit de revoir la vaillante Guitarra avec laquelle Léa administra deux châtiments (le second mieux placé). La faena débuta avec Bético pour tenter des poses al violin laborieuses sur un toro un peu tardo. La française se ressaisit avec Bazuka en posant de bons bâtons, arrêté à quelques mètres du bicho. Elle enflamma les tendidos avec les terre-à-terre de Deseado puis avec les battues de galop en arrière de Jasmin. Une entière et deux descabellos à dos d’Espontanéo lui valurent deux oreilles que le palco accorda sous la pression de la forte pétition.

Léa coupa 1,1 et 2 oreilles soit un total de quatre oreilles. Mendoza 1 et 2 oreilles et salua au medio avec le cinquième toro de la tarde. Les deux cavaliers sortirent à hombros par la Grande Porte sous les applaudissements d’un public enthousiaste ravi de ce spectacle harmonieux qui s’était déroulé sous leurs yeux.

 

Reseña : Freddy Porte. Photos : Muriel Haaz. Vidéo : www.corrida.tv