Boujan. 5 août. Quatre Margé pour quatre novilleros.

Une novillada sans picadors s’est tenue le dimanche 5 août à l’initiative de la Ville de Boujan avec le concours de l’École Taurine Béziers Méditerranée et du CTPR Le Poulpe.

Quatre novilleros issues d’écoles taurines différentes ont pu exercer leurs talents grâce à la qualité des novillos de la ganaderia Margé, et naturellement de leurs études et niveaux tauromachiques. Cela sous un soleil de plomb.

Premier combattant, Clément Argous du Centre Français de Tauromachie de Nîmes avec un novillo d’une mobilité extrême ce qui n’empêcha pas Clément de réaliser de nombreuses séries s’enchaînant sans répit. Pas de temple, mais un combat serré, rapide. L’animal tentant d’imposer son rythme avait face à lui un jeune homme décidé à ne pas s’en laisser compter ; pari réussi… terminé par une oreille. Il sera le seul à saisir les banderilles.

Adam Samira, venu de l’École d’Arles, imposa sa loi au novillo, de belles séries décomposées en passes lentes et régulières, une bonne maîtrise de sa gestuelle jusqu’à l’estocade : deux oreilles et le trophée de la journée.

Le 3ème novillero, Jordi Perez de Valencia, affronta un novillo, qui au départ avait un problème à une patte arrière, mais qui récupéra rapidement sa vélocité grace aux passes régulières de Jordi ; comme ses trois « coreligionnaires », il fit une démonstration de différentes passes. Malheureusement il rencontra quelques difficultés à l’épée.

Gualterio Lopez, de l’École Taurine de Béziers Méditerranée, était attendu, car depuis son retour début 2018 de son séjour d’un an à Mexico pour ses études, il n’avait pas affronté de novillos. Un bon départ immédiat au capote comme doivent les aimer les mexicains. Puis sûr de lui, la muleta passe d’une main à l’autre. Le toro suit. Gualterio estoque dans la cruz. Deux oreilles et sourire.

Compte-rendu : Hugues Bousquet (http://lotaureroge.canalblog.com)