Riscle. 4 août (tarde). Dorian Canton triomphe devant d’excellents Cuillé.

Petite demi-arène à l’ombre, soleil et chaleur, deux heures vingt de spectacle.

Six novillos de Cuillé, parfaitement présentés, aux robes diverses, tous une pique prise avec une bravoure moyenne, sans trop de problèmes à la muleta… une novillada agréable.

  • Baptiste Cissé (nazareño et or), au premier, deux entières atravesadas, un descabello, silence ; au quatrième, un quart de lame, une oreille.
  • Cristobal Reyes (rouge pâle et or), au deuxième, une demi-lame, avis, silence ; au cinquième, trois pinchazos, une entière, vuelta.
  • Dorian Canton (rouge et or), au troisième, une entière, une oreille ; au dernier, deux pinchazos, une entière, une oreille.

Apostille. Julien Dusseing « El Santo », de la cuadrilla de Dorian Canton, a salué après les banderilles au premier novillo.

Excellente novillada de Cuillé qui a permis le salut discret d’un de ceux qui travaillent auprès de ce bel élevage. A Riscle la découverte fut à la hauteur des attentes, et si Dorian Canton sort en triomphe, on a assisté au plus beau moment de Cristobal Reyes. Baptiste Cissé a également rappelé qu’il existait et qu’il était un bon novillero.

Cristobal Reyes, c’est une belle surprise, certes avec, dirons certains, le meilleur utrero du lot. Nous en convenons, un excellent novillo mais le novillero de Jerez de la Frontera Cristobal Reyes fit découvrir un torero que l’on n’imaginait pas. Beaucoup de style à gauche où il demeurera l’essentiel de sa faena. Une muleta très basse, des changements de mains, des moments d’excellence et des gestes de torero confirmé. Un immense Cristobal Reyes qui sut profiter du meilleur novillo du lot de Philippe Cuillé. Alors qu’il avait un triomphe à la pointe de l’épée, l’acier lui joua un vilain tour. Blessé à la première rencontre, il fut hésitant par la suite… et en claudiquant il goûta les plaisirs d’une vuelta méritée. Tous ceux qui connaissent son histoire étaient au bord des larmes. Enfin il aurait pu conclure et il repart avec deux blessures dans cette profession où il n’y a que les oreilles qui comptent. Cristobal Reyes revenait dans l’arène de sa première novillada piquée. Avec son premier il fut fade et pourtant tout le monde souhaitait pour lui un immense succès.

Dorian Canton fut parfait. Excellent élève, que lui reprocher ? Il s’est offert une oreille à chacun de ses adversaires. Le premier en ouvrant sa faena par une série de passes changées dans le dos qui déclencha la musique. Des séries de naturelles entrecoupées de trincheras suivirent  avec beaucoup de style et même s’il finit par être débordé il se rattrapa avec l’épée. Il termina la course avec un animal pas toujours très brillant et donna une diversité de figures taurines toujours avec une muleta très basse, se promenant avec plaisir à gauche et terminant à l’opposé sans épée. Du beau Dorian qui pouvait tranquillement quitter Riscle sur un nouveau triomphe.

Baptiste Cissé court toujours après ce triomphe qui ferait véritablement démarrer sa carrière. Il y est passé près sur le sable de Riscle ! Il avait ouvert la course par un élégant tercio de cape puis à la muleta il n’a pas toujours résolu les difficultés qui se présentaient. Sa faena connut de bons instants, surtout sur la main gauche. Mais il fut trahi par l’épée. Par la suite, après deux ou trois bonne véroniques, il joua la carte du classicisme à la muleta. Trop confiant, il fut châtié. A gauche il fut totalement maître de la situation. Mais Baptiste laisse une excellente impression. Il n’y a pas à dire, c’est un garçon que l’on devrait voir plus souvent.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol.