Les spectacles du 27 juillet.

A Santander, Puerta Grande pour Alejandro Marcos qui coupe une oreille à chacun de ses adversaires, Morante récoltant deux broncas et Manzanares des applaudissements  à son second.

Morante de La Puebla, face à un premier toro juste de présentation et de caste, ne se sentit pas à l’aise. Alors il abrégea le débat d’une lame dans les bas fonds. Grosse bronca. Le quatrième n’offrait pas d’options. Le torero de La Puebla abrégea à nouveau, récoltant une nouvelle bronca.

 

José Maria Manzanares tomba sur un premier adversaire sans forces qui, très vite, se dégonfla. Après avoir plusieurs fois perdu l’équilibre, le bicho finit par rester au sol. que faire sinon mettre fin au pensum. Silence après une lame au troisième assaut. Le quinto, renvoyé au corral pour invalidité, fut remplacé par un sobrero du même fer guère plus costaud. L’alicantin fit ce qu’il put avant de l’expédier. Palmas.

Alejandro Marcos dut petit à petit construire une faena face à un toro sans forces dont il tira avec beaucoup de technique et de volonté tout le potentiel. Ses efforts furent payés d’un trophée. Le sixième fut le seul digne du nom de toro. D’abord au capote, puis muleta en mains, le garçon sut en profiter, laissant un trasteo abouti qui lui valut de décrocher un second pavillon synonyme de Puerta Grande.

 

Les toros du jour portaient les fers de Garcia Jimenez, Peña de Francia (4°) et Olga Jimenez (5° bis). Jusqu’à quand le public devra-t-il supporter ce genre d’animal imposé par les figuras ? Et on s’étonnera que les corridas ne fassent plus le plein, même avec des figuras. Le ver est dans le fruit. 

Les aficionados devraient boycotter certains élevages, … et pourquoi pas ceux qui les imposent.

(Photo : Arjona. Vidéos : Ismael del Prado)


A Valencia, les Cuadri, bien présentés, sont sortis réservés et compliqués, le manso sixième se voyant condamné aux banderilles noires. Le troisième, après s’être cassé une corne, fut remplacé par un sobrero du même fer.

Rafaelillo, face à un premier toro sérieux de présentation, s’illustra au capote, mais il ne put poursuivre sur la même ligne à la muleta, le Cuadri raccourcissant ses charges et se mettant sur la défensive. Le murciano abrégea d’une bonne lame au second assaut. Le quatrième faillit accrocher Rafaelillo lors de la seconde larga cambiada de rodillas. Dans la muleta, le bicho ne fit aucun cadeau au garçon qui cependant lui vola quelques bonnes séries gauchères avant de se faire prendre. Bilan : cornada de 20 cm au niveau du mollet droit. Pronostic grave. Pepe Moral expédia le mauvais coucheur.

 

Pepe Moral sut profiter du peu de charge du second pour en tirer quelques notables séries avant que le Cuadri ne baisse pavillon. Silence. Le fade quinto ne lui offrit pas l’occasion de refaire le chemin perdu. Moral mit très vite un point final à la rencontre. Nouveau silence.

Varea vit son premier adversaire changé par un sobrero du même fer après rupture d’une corne lors d’un tercio de varas un peu long du fait du manque d’entrega de l’animal. Le troisième bis lui prit un peu de terrain lors de la réception, puis se montra discret face au cheval. Doté de peu de charge par la suite, il ne put mettre en évidence que la volonté du torero qui lui arracha quelques muletazos sur la corne gauche. Silence. Le sixième mit les freins d’entrée, puis refusa le combat face au lancier après une première rencontre. Les banderilles noires sanctionnèrent son absence de bravoure, mais lui donnèrent un peu de tonus. Le garçon sut en tirer parti, bien que le Cuadri ne lui fasse pas de cadeau. Gros effort du castellonense qui tira le maximum de l’animal avant que celui-ci ne s’éteigne. Vuelta après une lame effective au second assaut.

(Photos : Mateo)


A Madrid, pour la dernière novillada nocturne de promotion, les utreros de La Ventana del Puerto et Puerto de San Lorenzo (4° et 5°), bien présentés, ont affiché peu de race, les 1° et 4° s’avérant les plus maniables.

  • Alejandro Gardel : palmas et silence.
  • David Salvador : silence et ovation.
  • El Galo : silence et ovation.

Photo : Joël Buravand.
Voir toutes les photos de Joël en cliquant ici : PHOTOS.