Santander. 24 juillet. Javier Cortés frôle la Puerta Grande.

Première corrida de la Feria de Santiago avec des toros de La Quinta inégaux de présentation et de jeux, souvent distraits et manquant de codicia,le meilleur étant le quatrième.

Javier Cortés laissa apparaître de bonnes qualités face à un premier toro noble mais manquant de finition. Le toreo classique et sobre du garçon, allié à une bonne estocade a recibir, fit apparaître le seul mouchoir blanc de la tarde au palco. Le quatrième fut un toro important qui envoya la pièce montée au tapis lors d’une unique rencontre, puis qui afficha noblesse et entrega, principalement sur la corne droite. Bonne seconde faena de Cortés qui en perdit le bénéfice avec l’acier. Envolée l’oreille jusque là acquise et refermée la Puerta Grande qui s’offrait au madrilène. Salut.

Fortes tomba sur un premier adversaire manso et compliqué qui mit la cuadrilla en déroute au second tiers. Court de charge, réservé, il compliqua aussi la tâche du malagueño qui n’eut d’autre solution que d’abréger le débat. Silence après des difficultés dans la maniement des aciers. Le soso cinquième était noble mais il manquait aussi de finition dans l’étoffe, d’où une faena inégale où le garçon chercha la bonne distance. Nouveau silence.

Roman hérita d’un bon premier adversaire qui, malgré ses qualités, transmettait peu. L’enthousiasme du garçon compensa ce manque de présence. Deux tiers de lame. Salut. Le dernier était un bicho distrait qui se réveilla un peu au second tiers avant de prendre querencia. Le valencian y composa une faena de correcte facture qu’il rémata d’une lame habile. Vuelta.

(Photo : Arjona)