Sortie du livre « Pour la beauté du cheval », de Lucien Gruss.

Le regard de Freddy Porte sur l’ouvrage.

Au moment où je reçois le livre de Lucien Gruss, édité aux éditions Au Diable Vauvert et préfacé par Thierry Lhermitte, je ne peux que me souvenir de mon enfance, enfance bercée par «La piste aux étoiles», rendez-vous télévisuel de Gilles Margaritis.

Présenté par Roger Lanzac, les numéros de cirque se succédaient. Je partageais et savourais ce programme avec mon grand-père maternel, et nous étions impatients d’y voir Alexis Gruss Señor et les prouesses qu’il faisait réaliser à ses chevaux sur cette piste circulaire dont le rayon permettait au maître de toucher, si besoin, chaque cheval de la pointe de sa chambrière.

Adolescent, je me hasardais à Bollène, un après-midi précédant le spectacle que le maître s’apprêtait à donner le soir venu sous chapiteau. Chargé d’admiration et d’émotion, je frappais à la porte de la caravane du grand écuyer charismatique. Naïvement je souhaitais lui faire part de mon enthousiasme et avoir l’honneur de le saluer, ou même d’évoquer les étoiles qu’il avait fait briller jadis dans mes yeux d’enfants. La porte s’entrouvrit, et se referma violemment aussitôt, me faisant comprendre en maugréant que je dérangeais son repos. Vexé, penaud, triste, j’en gardais longtemps un souvenir amer…

Le temps passa et ce mauvais souvenir se dissipa, laissant place entière au respect pour l’homme de cheval.

En 1987, j’eus l’honneur de présenter trois de mes chevaux dans le grand manège des Ecuyers à Saumur, alternant avec les Dieux et le grand-Dieu de l’époque, en la personne du Colonel de Beauregard. La présidence d’honneur avait été offerte à Lucien Gruss qui partageait le palco présidentiel avec le maire de Saumur et son épouse.

C’est dire si le nom des Gruss a compté dans ma vie, se retrouvant souvent sur ma route équestre. Nous nous sommes revus en Provence, succédés à l’Académie Equestre et rencontrés sur différentes scènes de spectacles. 

C’est donc en pays conquis et avec un immense plaisir que je parcours cet ouvrage si bien nommé : «Pour la beauté du cheval». Une occasion de plus de me souvenir, d’y voir de superbes photos à la gloire du cheval, et d’entendre Lucien se raconter sous la plume de Laurent Desprez.

Je ne peux que conseiller aux passionnés de saisir la première occasion pour acquérir ce livre. La sortie officielle de cette publication est prévue le 21 juillet prochain, et c’est à Méjanes pour la 47ème édition du Rejon d’Or que l’enfant de la balle devenu écuyer se prêtera à une scéance de dédicace.