Retour sur le triomphe historique de Diego Ventura à Madrid.

Le regard de Freddy Porte sur le triomphe historique de Diego Ventura à Madrid et sur sa présence à Méjanes.

«Rien ne sert de courir, il faut partir à point…» nous disait un certain Monsieur de le Fontaine. Pas aficionado pour deux sous et encore, nous n’en savons rien, ses fables sont pleines de bon sens et se vérifient encore de nos jours.

Diego Ventura lui ne court pas, il avance d’un pas lent, assuré même. Il rassure par sa maîtrise et impressionne par son audace. Sa détermination le mène au bout de ses rêves. Parmi ses songes les plus fous, il en est un qui vient de se matérialiser ce samedi 9 juin : il vient de couper un rabo à Madrid. C’est la première fois qu’un cavalier remporte ce trophée suprême. En constatant la sévérité à son égard des présidents qui se sont succédés à Las Ventas ces dernières années, on imagine volontiers le poids que représente cette récompense.

Avec cette symbolique et historique distinction, le Maestro ouvre également sa seizième Puerta Grande : pas moins de cinq oreilles et une queue pour un rejonéador figura et numéro un del Toreo a Caballo. Ce dernier a été boudé et maltraité, pour le moins, depuis le début de la temporada par les grandes empresas. Ecarté des grandes ferias 2018, Diego Ventura ne s’est pas laissé abattre.

A quelques temps de là, pas plus tard que la veille de ce mémorable rendez-vous, nous étions conviés au domaine camarguais de Paul Ricard pour la conférence de presse annuelle.

Comme d’habitude, Michèle Ricard, la maîtresse des lieux, épaulée par la société Ricard, ainsi que par la famille Guillot, en présence de Jean-Baptiste et Lola Jalabert, avait mis les petits plats dans les grands afin de recevoir dignement ceux qui véhiculent l’information.

Nous savions, depuis le début de l’année, que Diego Ventura serait à l’affiche. Perspicacité de l’empresa d’Arles qui a eu l’habileté de monter le cartel du moment avec le torero à cheval incontournable à présent.

Le cartel vous le connaissez tous, puisque les médias électroniques les ont publiés avec la vitesse du son. Sergio Galan et Leonardo Hernandez seront ses compañeros devant des toros de Capéa qui sont actuellement très en vue.

Nous aurons l’occasion de revenir sur l’ensemble des animations qui vont fleurir cette journée du 21 juillet prochain. Pour l’heure, l’événement est de taille à lui seul pour motiver votre aficion car c’est la seconde et dernière fois que la Star Mondiale de la Tauromachie à Cheval du moment est programmée dans une arènes française et pas n’importe laquelle : Méjanes, le temple du Rejonéo, là ou tout à commencé.

Photo : Plaza 1.