Madrid. 8 juin. Blessure pour El Cid et oreille pour Pepe Moral.

Des Adolfo Martin pour une alternative, c’est le défi qu’a relevé hier Angel Sanchez, qui en plus a dû tuer un toro supplémentaire du fait de la blessure de son parrain Manuel Jesus « El Cid »

Côté bétail, une corrida relativement encastée, bien dans le type Saltillo de la maison, avec des bichos sans excès de poids, armés, et qui ne se sont pas laissés faire, donnant des jeux divers, l’excellent cinquième au-dessus du lot.

La tarde débuta par la cérémonie d’alternative après une réception bien maîtrisée par Angel Sanchez qui ne se laissa pas démonter par les charges vives de son opposant, lequel se laissa ensuite piquer sans trop s’employer. Humiliant bien dans la muleta, le cornu se livra bien mais eut du mal à garder le rythme. Le garçon dessina quelques bonnes tandas ambidextres avant de d’occire l’animal d’une lame atravesada nécessitant l’usage du descabello. Salut.

Du fait de la blessure d’El Cid, Angel Sanchez combattit le quatrième initialement dévolu à son parrain. Bien au capote, le néo-matador vit son adversaire baisser de ton au dernier tiers et présenter quelques difficultés. Angel tenta d’en tirer le minimum offert sur chaque bord avant de se résoudre à mettre fin au débat. Silence après une lame correctes nécessitant l’usage du verdugo.

Le sixième obligea Angel Sanchez à lui courir derrière lors de la réception au capote, puis se laissa ensuite conduire vers le cheval. Au dernier tiers, le bicho protesta, lança de nombreux derrotes et refusa de jouer le jeu. Le garçon, volontaire mais privé de matière première, l’expédia d’un pinchazo hondo. Silence.

El Cid n’eut pas le temps de s’exprimer face au second qui le cueillit dès l’entame de faena, lui infligeant une cornada de 20 cm dans la cuisse droite. Opéré dans l’infirmerie des arènes, le torero de Salteras fut ensuite évacué vers l’hôpital San Francisco de Asis. Pronostic : grave. Après quelques muletazos ambidextres, Pepe Moral en termina rapidement d’une estocade correcte au second assaut.

Le troisième fut châtié assez durement et arriva sans possibilités au dernier tiers. La pluie et le vent ne facilitèrent pas la tâche de Pepe Moral qui l’expédia d’une demi-lame. Silence.

C’est face au bon quinto qu’on vit la meilleure version du toreo du sévillan. Brindée au public, la faena fut intense sur les deux bords, avec de longs muletazos templés dans lesquels ce noble « Chaparrito » fit l’avion, museau au ras du sol, sans mauvais gestes. Un trasteo classique, engagé, pur, qui aurait pu ouvrir la Puerta Grande à Pepe Moral si l’estocade avait été concluante au premier assaut. Hélas un pinchazo précéda ce bon coup de rapière, réduisant la récompense à un seul pavillon.

Pour l’histoire, Angel Sanchez passa son doctorat avec « Mentiroso » n° 14 d’Adolfo Martin, cardeno, né en décembre 2012, 485 kg.

Photos : Plaza 1 et Joël Buravand.
Voir toutes les photos de Joël en cliquant ici : PHOTOS.

Voir le résumé en vidéo.