Madrid. 6 juin. Beneficiencia de petit niveau.

Corrida de Beneficiencia hier à Las Ventas que le roi émérite Juan Carlos et sa fille l’Infante Elena honorèrent de leur présence. Le spectacle ne fut pas à la hauteur de l’honneur accordé, les toros d’Alcurrucen jouant des partitions en demi-teinte et ne permettant pas aux piétons du jour de s’exprimer comme ils l’auraient souhaité.

Antonio Ferrera ouvrit la tarde par la lidia d’un toro manso qui afficha cependant pas mal de transmission au dernier tiers, permettant au torero de composer une faena ambidextre solide, de bon niveau et qui aurait pu être créditée d’un trophée si l’épée (trasera) avait eu un effet plus rapide. Salut.

Le compliqué quatrième eut une charge courte et désordonnée, souvent incertaine. Ferrera se montra professionnel sans pouvoir passer à la vitesse supérieure. Silence.

Miguel Angel Perera hérita quant à lui d’un premier adversaire qui donna des illusions en début de trasteo mais qui très vite dévoila ses défauts, freinant et derrotant dans l’étoffe de l’extremeño. Pas grand chose à en tirer avant un final un peu longuet avec les aciers. Silence.

Le second opposant de Perera avait meilleur fond, mais il ne dura pas au-delà des deux bonnes séries d’entame de faena et se décomposa très vite. Le garçon réduisit les distances, sans grand succès. Silence.

Le troisième fut le seul à se livrer dans le capote de Ginés Marin qui lui proposa de belles véroniques, puis dans celui de Ferrera qui dessina des chicuelinas savoureuses. Doté d’une bonne noblesse, cet Alcurrucen obéit parfaitement aux injonctions du garçon qui sut le comprendre et en tirer le meilleur partie sur les deux bords. Estocade au second assaut après bernadinas finales, et oreille (la seule de la tarde) pour le jeune jerezano.

Le sixième permit à Ginés Marin un début de faena assez convainquant bien que ne se livrant pas complètement dans la muleta. Le trasteo fut donc assez irrégulier, le jeune torero laissant cependant des séquences intéressantes avant d’en finir d’une lame correcte au second assaut. Silence.

Photos : Plaza 1.

Voir le résumé en vidéo.