Vic Fezensac. 20 mai (tarde). Piètre prestation des Raso de Portillo.


La corrida de Raso de Portillo, très attendue après la pelea des deux novillos sortis lors de l’édition précédente, a été assez décevante, plus compliquée qu’encastée.

Chef de lidia irréprochable, Octavio Chacon s’est montré une nouvelle fois à son avantage mais sans arriver à accrocher un succès à son tableau. Face au premier il dessina quelques véroniques et demie de bonne facture, présentant ensuite son adversaire au cheval pour trois piques prises dans un bon style. Picador applaudi. Muleta en mains, c’est sur la corne droite que vinrent les meilleures séquences, le piton gauche s’avérant infréquentable, voire meurtrier. Le final avec la rapière fut difficile en quatre assauts pour une lame basse, un descabello mettant ensuite fin à la vie publique du bicho. Salut.

Très armé, le quatrième fut applaudi à son entrée. RAS au capote avant une première pique où le bicho se jeta vers le cavalier (photo du haut), pour une première ration de fer suivie de trois refilones et d’un puyazo en carioca pour finir le travail. Hélas le manso ne permit pas grand chose et Octavio ne put que lui voler quelques muletazos avant de l’occire d’une lame caida au troisième assaut qu’il dut compléter par trois descabellos suite aux maladresses répétées du puntillero. Silence.

Antonio Nazaré ne put gagner du terrain lors de la réception du second qui prit trois rations de fer, poussée la première. Comme le premier, ce second Raso offrait quelques possibilités à droite mais rien à gauche, d’où quelques séquences droitières de correcte facture avant une vilaine mise à mort par bajonazo après pinchazo. Silence.

Quelques véroniques et demie pour l’accueil du quinto qui prit trois rations de fer, trasera la seconde, avant de semer la panique dans la cuadrilla au second tiers. Volontaire mais sans options de brio, Nazaré laissa quelques séries ambidextres avant que le bicho s’éteigne. Bonne entière pour la conclusion et arrastre sifflé.

Alberto Lamelas fut appelé à saluer avant la lidia du troisième en souvenir de ses bonnes prestations lors de précédentes éditions. Compliqué à fixer, le bicho prit trois piques, la seconde en mettant un peu les reins, puis mit les péons en déroute au second tiers. Valeureux muleta en mains, Alberto signa une lidia guerrière avant de rarapher son combat d’une trois-quart latérale et d’un bajonazo. Salut pour la volonté.

C’est par une larga de rodillas que le garçon reçut le dernier de la tarde, se relevant ensuite pour quelques véroniques et demie. Trois rencontres avec le lancier, un peu poussée la première, puis une seconde faena un peu à l’identique de la première, Alberto tirant du Raso le peu que ce bicho à la charge courte avait à proposer. Trois manoletinas pour le final. Demi-lame basse après pinchazo, deux descabellos. Silence.

Reseña et photos : Paco. Vidéo : feriaTV