Séville. 14 avril. Décevante corrida de Victorino Martin.

Une corrida de Victorino Martin décevante de par la faiblesse du bétail, des toros bien présentés, souvent dans le type de la maison, mais qui n’eurent pas la présence attendue, la plupart n’ayant pas les moyens de leurs ambitions.

A décharge, il faut reconnaître aussi que certaines piques traseras n’arrangèrent pas les choses. Il serait temps aussi que les lanciers modifient leurs habitudes qui ruinent souvent le potentiel physique des bichos.

Antonio Ferrera sut, avec le métier qu’on lui connaît, capter le premier dans les plis de son capote pour l’amener vers le centre. Deux piques, la première prise avec alegria, mirent en évidence le peu de forces de l’animal qui se mit ensuite sur la défensive. Faena de professionnel, sans brio (silence). Le quatrième permit quelques bonnes séquences au capote, puis manifesta une faiblesse qui l’empêcha d’aller au bout de ses intentions. Pas mieux au dernier tiers (nouveau silence).

Manuel Escribano était venu dans l’intention d’animer la course. Il accueillit ainsi le second a porta gayola, signa ensuite un bon second tiers avant de voir fondre ses illusions muleta en mains, le bicho se serrant sur lui à droite et voyant son adversaire finir a menos en changeant de bord (salut). C’est à nouveau a porta gayola qu’il vint chercher le quinto, évitant de justesse l’accrochage en se jetant sur le côté. Bien les véroniques qui suivirent, saluées par le public, et bon second tiers aussi avec une paire dans les tablas très risquée. Noble dans la muleta, il ne put s’y exprimer par manque de jus, contraignant le torero de Gerena à adapter son toreo. Une vuelta salua les efforts d’Escribano.

Daniel Luque, inédit au capote face au troisième, dut composer avec un toro tobillero (qui cherchait les chevilles, à gauche surtout) au dernier tiers. Volontaire, techniquement au point, le garçon assura sans pouvoir briller (palmas). Le dernier Victorino du jour afficha une certaine noblesse mais il s’était assez rapidement, ne se laissant faire que sur quelques séquences droitières de bonne facture, pliant bagage lors du passage à gauche (salut).

(Photo : https://plazadetorosdelamaestranza.com/)