Séville. 13 avril. Les jours passent, la morosité s’installe.

Encore une corrida soporifique, une ambiance morose installée par des toros d’Olga Jimenez (1º, 2º, 3º bis et 4º), Hermanos Garcia Jimenez (5°) et Torrestrella (6° bis) de présentation souvent terciada et sans race.

Miguel Angel Perera débuta par la lidia d’un toro sans forces qui évita le châtiment des piques pour finir tête haute et dégonflé. Le garçon insista en pure perte et dut se résoudre à abréger le débat (silence). Le soso quatrième ne releva guère le niveau et Perera, bien techniquement, ne put en tirer que le minimum syndical (silence à nouveau).

Le second ne s’employa pas plus face au lancier et finit en jouant des cornes. Alejandro Talavante s’accomoda de ce désagréable comportement et signa une faena propre, faute d’être brillante. Silence après quelques longueurs avec la rapière. Le manso et décasté cinquième afficha une certaine noblesse dont le torero profita notamment sur la corne droite. Oreille sans vraiment de pétition.

Le terciado troisième fut renvoyé aux corrales pour invalidité et remplacé par un sobrero du même fer. Bien au capote, Andrés Roca Rey signa un bon début de faena droitier avant que le bicho ne se dégonfle et recherche les tablas lors du passage à gauche (salut). Le sixième fut lui aussi renvoyé aux corrales pour le même motif. Le Torrestrella sorti en remplacement fut un toro de piètre qualité qui ne fut pas piqué par manque de forces. Faena médiocre face à un toro méduiocre. Silence.

Le public remplissait presque totalement les gradins. Les absents ont eu raison.

(Photo : https://plazadetorosdelamaestranza.com/)