Carnet noir. Angel Peralta a quitté la planète des toros.

On a appris ce jour le décès à 93 ans à Séville du mythique rejoneador Angel Peralta.

L’un des plus célèbres rejoneadores de l’histoire était né le 18 mars 1925 à La Puebla del Rio (Sevilla). Presque vingt ans plus tard, il se présente dans les arènes de La Pañoleta de Séville où il veut tester le résultat de son apprentissage campero. Sa prestation le satisfait et il décide alors de franchir le pas pour devenir rejoneador.

Ainsi il se présentera trois ans plus tard à Las Ventas où, en ouverture d’une corrida, il combattra un toro de Molero. Les autres toreros (à pieds) du jour étaient Morenito de Talavera Chico, Rafael Yagüe et Antonio Chaves Flores. Il débute alors une carrière qui le fera passer par toutes les plazas de toros du Vieux et du Nouveau Continent, impressionnant les foules par le haut niveau de dressage de ses montures et la sûreté de sa technique. On lui doit d’ailleurs la création de « la suerte de la rose ».

En 1970 naissent les « Cavaliers de l’Apothéose », un carré d’As du rejoneo formé par Alvaro Domecq, Samuel Lupi, son frère Rafael Peralta et bien sûr de lui même. L’année suivante, celui qu’on appelle désormais « le Centaure de Palma del Rio » établira un record avec 125 paseos effectués au cours de la temporada.

Sa carrière jalonnée de succès et de récompenses durera jusqu’en 1994. Il ne délaissa pas pour autant le monde des chevaux et des toros qui fut la passion d’une vie, devenant le mentor de rejoneadores comme Diego Ventura ou Léa Vicens qui fut la dernière à profiter de son expérience.

Angel Peralta entouré par Marie Sara et Léa Vicens
(Beaucaire 2014. Photo : Paco)

Il participa aussi à quelques films et mena une carrière d’écrivain, livrant tout autant des manuels à usage documentaire que des essais philosophiques ou des recueils de poèmes.

torobravo présente à sa famille et à ses proches ses plus sincères condoléances.

RIP, Maestro !