Saint-Sever. 11 novembre (tarde). Miguel Aguilar triomphe en coupant deux oreilles

Petite entrée sous un ciel nuageux et lourd, avec parfois un peu de bruine, deux heures de spectacle. Quatre novillos de Navalrosal, bien présentés, très mobiles et agressifs.

  • Alejandro Mora (paille et or), au premier, une entière, deux descabellos, une oreille.
  • El Lauri (bleu et or), trois pinchazos, un quart de lame, une entière, un avis, silence.
  • Yon Lamothe (rioja et or) une demi-lame, six descabellos, deux avis, silence.
  • Miguel Aguilar (vert et or), une entière foudroyante, deux oreilles.

Apostille. Miguel Aguilar et Alejandro Mora se partagent le prix des organisateurs. El San Gilen a fait ses adieux à l’arène, sa fille lui a coupé la coleta à la fin du festival. Cérémonie suivie d’une vuelta très applaudie.

Yon Lamothe n’ayant pas trouvé l’adversaire qui lui convenait. La novillada sans picadors qui clôturait la Semaine Taurine de Saint-Sever a été dominée par Alejandro Mora et Miguel Aguilar. On aura apprécié l’origine Nuñez des Navalrosal avec tout de même une forte pensée pour les Coquilla du matin.

Alejandro Mora affirma rapidement son style à la cape, avec d’amples véroniques données avec beaucoup de lenteur, ce qui lui valut par moment d’être débordé. Mais, à la muleta, on découvrit un garçon s’exprimant avec beaucoup de temple et de douceur. On a rapidement observé un garçon très professionnel et qui en arrachant un dernier pecho termina sous les olés.

El Lauri se montra très à l’aise à la muleta, jouant sur les deux mains avec une égale réussite. Il nous gratifia d’un toreo très agréable mais manquant de personnalité, et parfois d’intérêt. Avec une faena complète et parfois superficielle, le garçon doit encore beaucoup apprendre de ses maîtres.

Yon Lamothe n’a pas terminé sa saison avec la même réussite qu’il a témoigné du printemps à l’automne. Manifestement, le genio et une certaine mala casta du Navalrosal ont perturbé le garçon qui avait brindé ce novillo à son grand-père. Mais il y a quelques séries bien conduites et dominées, même si parfois Yon manquait de maîtrise. Mais chaque fois où il put être débordé il rectifia rapidement le problème.

Miguel Aguilar, appuyé par Luis Miguel Encabo, sera, in fine, le triomphateur de la course. Il évita rapidement le tercio de cape, mais pour le reste, il démontra une excellente maîtrise, même si parfois il ne la trouva pas sur la main gauche. Il fit preuve, à chaque muletazo, d’une bonne technique, totalement maîtrisée. Le garçon déborde de qualités. Son final avec une épée foudroyante le consacre, très logiquement, comme triomphateur.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol.
Diaporama : Matthieu Saubion (http://www.vueltaalostoros.fr/)