Les spectacles du 12 octobre.

A Madrid, pour la dernière corrida de la temporada, la ganaderia de Salvador Gavira Garcia prenait son ancienneté avec un lot de toros très bien présentés et donnant des jeux divers.

On détachera la prestation de Daniel Luque qui coupe une oreille du décasté quatrième au terme d’une improbable faena où le torero foula des terrains compromis pour tirer le maximum de l’animal. Face au noble mais faible premier, le garçon fit ce qu’il put en tenant compte du peu de présence du bicho. De la qualité mais forcément peu de liaison. Salut.

Sebastian Ritter gâcha un peu les qualités du bon second lors d’une première faena où il alterna le bon et le médiocre, laissant la sensation que ce brave « Entonado » aurait mérité une muleta plus qualitative. Silence après des longueurs avec les aciers et palmas à l’arrastre. Le quinto fut par contre des plus fades, ce qui ne l’empêcha pas de cueillir le torero de vilaine manière (puntazo à la cuisse droite et contusion au thorax). Ritter termina son office avec courage. Vuelta.

Javier Jimenez mit dans sa première faena ce que le soso troisième n’y apportait pas, laissant des détails de qualité. Le sixième ne valait pas mieux et on retiendra de la prestation du sévillan une bonne volonté évidente faute de transmission. Silence aux deux.

Photo : Javier Arroyo.


A Zaragoza, triomphe de Paco Ureña qui coupe une oreille à chacun de ses adversaires. Une première faena où le murciano sut trouver la distance juste pour s’imposer à l’animal, foulant des terrains compromis pour assurer sa domination. Un trasteo qui fut rématé d’une grande estocade, valant à son auteur de recevoir la première oreille de la tarde. Ureña se montra très au-dessus des conditions du sixième, s’imposant par sa fermeté et sa technique, laissant une copie propre et sérieuse à nouveau paraphée d’un grand coup d’épée. Nouvelle oreille.

Curro Diaz dut combattre le sobrero après que son premier toro se soit cassé une corne. L’animal, qui n’avait ni rythme ni classe, ne facilita pas la tâche du torero de Linares qui fit ce qu’il put, privé de matière première. Ses efforts lui valurent de saluer après une bonne lame. Le quatrième s’éteignit assez vite et lorgna vers les tablas. Des détails de qualité face à une médiocre opposition. Silence.

El Fandi se distingua au capote lors de la réception du second, puis lors de la mise en suerte et au quite, poursuivant, comme souvent, par une démonstration au second tiers. Alors que tout semblait réuni pour que le dernier tiers soit à la hauteur des précédents, le toro baissa de régime et se mit sur la défensive. Plus grand chose à en tirer. Ovation après une mise à mort correcte. Même scénario face au quinto, ne laissant d’autre choix au torero que celui d’abréger. Silence.

Les toros du jour portaient les fers de Antonio Bañuelos et La Palmosilla (1° bis). Bien présentés, ils furent tous fades, à des degrés divers.

  • Curro Diaz : salut et silence.
  • El Fandi : ovation et silence.
  • Paco Ureña : oreille et oreille.

Photo : Joël Buravand
Voir toutes les photos de Joël en cliquant ici : PHOTOS


Résultats des autres spectacles.

Calanda (Teruel).

Toros de Joao Dias Coutinho, para rejones, y Manuel Blázquez. Mario Pérez Langa, dos orejas; LeaVicens, ovación con saludos; Juan José Padilla; dos orejas y ovación con saludos; y Manuel Escribano, dos orejas y oreja.

Ugíjar (Granada).

Toros de Juan Albarrán y Carlos Núñez. Manuel Manzanares, ovación con saludos; Manuel Díaz “El Cordobés”, dos orejas y dos orejas; José Antonio Cejudo “El Güejareño”, dos orejas y dos orejas.

La Peza (Granada).

Novillos de Cayetano Muñoz. Miguel Ángel Pacheco, ovación con saludos en ambos; y Manuel Ponce, silencio en ambos. Pacheco fue atendido de diversas contusiones y un posible esguince de tobillo. Pendiente de estudio radiológico.

Mejorada del Campo (Madrid).

Novillos de Daniel Ruiz. Máxime Solera, oreja y oreja; André Lagravere “El Galo”, dos orejas y ovación con saludos.