Cenicientos. 15 août. Oreille pour Alberto Aguilar et Antonio Nazaré.

Deuxième corrida de la Feria de la Virgen del Roble sous le soleil et avec des gradins remplis aux trois quarts.

Au menu six toros de Flor de Jara et un sobrero de Sepulveda (1° bis) remplaçant le titulaire invalide après la pique. Tous bien présentés, sérieux, à l’exception du sobrero sorti escobillado. Encastés et donnant du jeu les 2°, 3°, 4° et 5°, manso le sobrero.

  • Fernando Robleño : silence et silence.
  • Alberto Aguilar : oreille et salut.
  • Antonio Nazaré : oreille et silence.

Le premier toro de la tarde fut remplacé pour invalidité après la pique par un sobrero de Sepulveda. Trois-quarts d’heure furent nécessaires pour procéder au changement, le toro refusant de quitter le ruedo. Tout fut tenté pour l’évacuer d’abord, pour le tuer ensuite (puntilla, descabello) jusqu’à ce que Fernando Robleño prenne l’épée pour l’envoyer ad patres (Photo : Zanzi). La corrida put enfin commencer.

Le premier bis, de beau trapio, résulta manso au premier tiers et le picador dut le coincer en carioca pour parvenir à le piquer par deux fois. Chargeant ensuite par fusées, il compliqua la tâche de Robleño  qui n’eut d’autre option que de s’en débarrasser. Deux pinchazos, une atravesada et un bajonazo mirent fin au trasteo. Silence. Le quatrième prit deux rations de fer en brave, faisant chuter la cavalerie lors de la première rencontre. Compliqué au dernier tiers, très vite de demi-charge, il n’offrit aucune option au madrilène qui abrégea d’une entière caida. Silence.

Alberto Aguilar reçut son premier par bonnes véroniques et revolera, puis présenta son opposant face au lancier pour une unique ration de fer prise dans de bonnes conditions. Au dernier tiers, Alberto sut profiter des qualités du bicho pour lier de bonnes séries ambidextres, baissant bien la main gauche avec le soutien du public. Demi-lame tendida après pinchazo. Oreille méritée. Le quinto était lui aussi un toro encasté qui prit une bonne pique, laquelle fut hélas trasera. Compliqué au second tiers, il permit cependant au madrilène de dessiner grâce à son métier de bons muletazos, à gauche notamment. Entière en place pour la conclusion. Salut.

Antonio Nazaré accueillit le troisième par bonnes véroniques et demie avant de le faire piquer une seule fois. Hélas le Flor de Jara se cassa la corne gauche contre le peto. C’est donc sur la corne droite que le sévillan instrumenta sa faena, connectant très vite avec les tendidos. Bonne faena du garçon avec le concours d’un animal qui s’y employa avec caste, bravoure et noblesse. Après quelques bons muletazos main basse pour la conclusion, Nazaré termina son trasteo par une estocade desprendida efficace. Oreille. RAS au capote face au dernier qui prit trois puyazos en faisant chanter les étriers. Eteint au dernier tiers, il n’offrit aucune option au torero qui dut arracher les muletazos à l’unité. Estocade desprendida pour en finir. Silence.

Reseña et photos : Philippe Gil Mir.