Dax. 15 août (matin). Triomphe d’Andy Cartagena et de Léa Vicens.

Arènes combles, temps couvert et humide, deux heures vingt de spectacle.

Six toros de Los Espartales, bien présentés mais manquant parfois de vivacité et d’agressivité contre les chevaux.

  • Andy Cartagena (gris et noir), au premier, quatre pinchazos et un rejon entier, salut ; au quatrième, un pinchazo et un rejon entier, deux oreilles et la queue.
  • Leornardo Hernandez (bordeau foncé) au deuxième, un demi rejon et quatre descabellos, salut ; au cinquième, un pinchazon un rejon entier et un descabello, salut.
  • Lea Vicens (bordeaux grand cru), trois pinchazos et un demi-rejon, une oreille ; au dernier, un mete y saca et un rejon, une oreille.

Une sortie en triomphe de Andy Cartagena et de Léa Vicens, a terminé la corrida de rejon face à un encierro de  Los Espartales. Corrida entretenida avec une profusion de figures équestres de la part de trois cavaliers,

Leonardo Hernandez, le malchanceux ayant été le plus classique. Mais sur ses deux toros, ses mise à mort furent hésitante, hachées au point qu’il ne restait plus qu’un salut. Mais l’un des cavaliers d’école, parfait et conforme aux canons de l’art équestre, ce fut Leonardo Hernandez.

Andy Cartagena écopa d’un premier toro sans trop de charge qui le mit en difficulté sur la fin. Il trouva adversaire à sa hauteur avec le quatrième et avec un triomphe populaire tenant plus de la technique équestre que de l’art tauromachique, il coupait les trophées majeurs.

Lea Vicens, toute frêle et fragile, porta rapidement sur le public. Que lui reprocher et comment ne pas souligner son immense quiebro avec le dernier toro ?  Il valait bien tous les trophées du monde… Elle fit la vuelta avec son cheval fétiche.

Puis vint une sortie en triomphe pour les deux rejoneadores et la grande fête pour le public dacquois. La matinée fut excellente même si l’on aurait souhaité un peu plus de nervosité chez les toros de Los Espartales.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol.