Bayonne. 30 juillet. Puerta Grande pour Manuel Escribano.

Deuxième corrida de la Feria des Fêtes de Bayonne avec des toros de Robert Margé bien présentés, mansos et justes de race dans l’ensemble, un lot composé de quatre cinqueños et deux cuatreños (4° et 5°).

Manuel Escribano est le triomphateur du jour avec trois oreilles, Daniel Luque et Thomas Joubert en coupant une chacun.

Manuel Escribano accueillit le premier toro par véroniques et revolera, puis le mena au cheval par chicuelinas al paso avant que Daniel Luque n’intervienne au quite, lui aussi par chicuelinas. Après un second tiers vibrant, le torero de Gerena débuta par passes cambiadas une faena ambidextre de bon niveau dont les meilleures séquences furent droitières, le bicho s’employant moins sur le côté gauche. Final a menos compte tenu des forces déclinantes du Margé. Oreille après une estocade rapide d’effet.

Le quatrième, bon dans le capote, puis dans le cheval, fut banderillé fort bien par le garçon qui signa notamment un quiebro spectaculaire en tablas. La faena, initiée de rodillas, fut vibrante dès son début, montant d’un cran lors dune séquence de toreo en redondo, se poursuivant à proximité lorsque le bicho baissa de ton. deux oreilles après une estocade défectueuse, la seconde protestée par le public. Ovation à l’arrastre.

Daniel Luque débuta sa tarde par la lidia d’un toro relativement brave au cheval en deux rencontres à l’issue desquelles Thomas Joubert signa un beau quite par caleserinas. Suivit une faena sérieuse de l’autre torero de Gerena, bien sur la main droite lors d’une séquence en redondo et excellent lors du passage à gauche, le tout avec une main basse assurant son dominio sur l’animal. Estocade un brin défectueuse mais oreille tout de même.

Le quinto se révéla manso lors de sa rencontre avec le picador au cours de laquelle son instinct défensif prit le dessus. A nouveau solide et autoritaire, Luque ne se laissa pas impressionner par le genio du Margé qui rendit les armes lors du passage sur la main gauche. Plus rien à en tirer et final par une lame défectueuse. Ovation.

Thomas Joubert tomba sur un premier adversaire manso et difficile qui lui compliqua la tâche, finissant par prendre querencia en tablas. L’arlésien choisit de l’y combattre mais toute tentative fut inutile. Silence pour le torero après une mise à mort compliquée. Sifflets pour l’animal. On retiendra de ce premier combat un quite de Thomas par chicuelinas ajustées auquel Escribano répondit par caleserinas, Thomas voulant avoir le dernier mot revenant pour des tafalleras, se faisant accrocher et restant un moment à la merci de son adversaire.

Le sixième ne permit rien au capote et lutta sans bravoure contre le picador. Après un quite par chicuelinas, Thomas signa une faena d’inégale intensité dont les meilleurs moments se situèrent lors de bonnes tandas droitières, bien que quelques naturelles de face firent monter la température. Quelques circulaires inversées et bernadinas pour le final et oreille malgré une lame défectueuse.

Photos : Jean-Pierre Souchon.
Vidéo : taurocast

 

Watch video!