Santander. 28 juillet. Puerta Grande pour Alvaro Lorenzo.

Une tarde difficile pour les toreros face à des toros compliqués de Castillejo de Huebra et Juan Manuel Sanchez (4°) pour cette sixième corrida de la Feria de Santiago, un spectacle marqué par le triomphe d’Alvaro Lorenzo et la blessure de Fortes.

Face au faible et dangereux troisième toro de la tarde, Alvaro Lorenzo se joua la peau en se passant l’animal très près du corps jusqu’à se faire cueillir par ce bicho de demi-charge, heureusement sans mal. L’estocade foudroyante fit apparaître un premier mouchoir au palco. Il en fallait un autre pour ouvrir la Puerta Grande du coso de Cuatro Caminos. C’est face à l’imposant (638 kg) mais faible sixième que le toledano le conquit. les qualités de « Zambombo » permirent au garçon de composer petit à petit une faena ambidextre de qualité, alliant profondeur et bon goût, qui lui permit de décrocher le trophée convoité après une bonne estocade.

Joselito Adame, chef de lidia du jour, tomba sur un premier adversaire maniable mais décasté qu’il sut cependant mettre dans sa muleta pour dessiner une bonne faena dont les meilleures séquences furent droitières. Le maniement défectueux de la rapière priva le diestro mexicain d’un possible trophée. Le quatrième ne valait pas mieux que le premier. Réservé, il obligea le torero à venir dans son terrain pour y arracher des muletazos, ce que fit le garçon, l’ensemble résultant sans transmission. Salut.

Fortes, souvent châtié par la corne, aurait pu être le second triomphateur de cette corrida. Face au quinto, un bicho dangereux et compliqué, lui aussi se joua la peau lors d’une faena ambidextre intense,  valeureuse et émotionnante, que le public suivit avec attention. Après des bernadinas finales très serrées, le malagueño termina son trasteo par une bonne estocade, finissant coincé contre les tablas. Bilan : cornada de 20 cm dans la cuisse droite. Pronostic réservé. Une oreille pour Fortes alors que les tendidos en réclamaient deux. Auparavant, face à un second à la limite de l’invalidité, le garçon ne put faire grand chose malgré une évidente bonne volonté. Silence et bronca pour le palco pour avoir refusé de renvoyer l’animal au corral.

(Photos : Arjona)