Santander. 24 juillet. Une oreille pour Colombo.

Après le rejon, c’était au tour des novilleros d’ouvrir la Feria de Santiago de Santander.

C’est le jeune vénézuélien Jésus Enrique Colombo qui, sous la pluie, ouvrit les débats face à un novillo un peu fade qu’il reçut de rodillas par larga puis chicuelinas avant que l’animal ne baisse de régime, obligeant le garçon à se positionner dans les terrains de proximité. Quelques séquences de correcte facture avant une lame décisive. Ovation. Le quatrième lui permit davantage de développer son toreo, d’où une bonne faena où technique, élégance et bon goût se mêlèrent pour réaliser un ensemble abouti. Oreille après une bonne estocade.

Daniel Menes s’illustra au capote face au second par gaoneras et gallosinas, puis, muleta en mains, sut convaincre le public par un travail volontaire dont les meilleurs passages furent gauchers. Hélas l’acier fit défaut et l’oreille jusque là acquise s’envola. Silence. Le quinto, le plus mauvais du lot, ne lui permit pas de remettre les pendules à l’heure malgré une bonne volonté évidente. Nouveau silence après une mise à mort en trois assauts.

Pablo Mora profita des qualités affichées par le brave et encasté troisième, notamment à gauche où les enchaînements furent de qualité. Pour lui aussi la mise à mort fut laborieuse et tout se termina par une ovation. Le sixième qui sortit par erreur était en fait le second sobrero. Le novillero décida de le combattre malgré tout mais hélas pour lui l’animal ne fut pas à la hauteur de ses attentes. Ovation après une demi-lame au second voyage.

Les novillos de Zakarias Moreno, bien présentés, donnèrent des jeux divers.

(Photo : Arjona)