Boujan. 1er juillet. Les novillos de Los Maños déçoivent.

Après la superbe prestation d’un de leurs ainés lors de la corrida-concours de Vic Fezensac, les novillos de Los Maños étaient attendus.

Le moins qu’on puisse dire est qu’ils ont déçu, soit par leur faiblesse, soit par leur manque de race, soit par leur présentation. Beaucoup d’entre eux offrirent peu d’options, finissant sans charge au dernier tiers. Au niveau des armures, on remarqua des cornes douteuses sur une bonne moitié du lot. Navré, l’organisateur, dont on ne saurait mettre en doute l’intégrité, aurait-il été victime d’une erreur de casting ? Tout porte à le croire.

Coté piétons, difficile de juger Andy Younes qui eut le lot le moins propice pour toréer. Tibo Garcia se sortit bien de l’affaire face à son premier mais, comme Andy, ne put rien tirer de son second qui ne passait pas. Quant à Adrien Salenc, il fut à côté de la plaque face à ses deux adversaires, marginal face au troisième qui permettait, et en déroute face au sixième.

Au premier de la tarde, à peine aperçut-on lors de la réception une véronique près des planches et une demie au centre. Le cheval chuta pratiquement seul lors de la première rencontrer avant que le picador remis en selle n’égratigne le cuir de l’animal au second rendez-vous pris sans engagement. Tardo et faiblard, le Maño ne permit rien à Andy qui très vite dut se résoudre à abréger. Entière en place après pinchazo. Silence.

RAS au capote pour recevoir le quatrième qui prit deux rations de fer, courte la seconde. Même scénario qu’au premier, en pire. Le novillo figé ne prit quasiment aucune passe. Le garçon tenta l’impossible, mais ne parvint qu’à voler que quelques muletazos isolés. Tiers de lame, trois descabellos. Silence.

Tibo Garcia fut le seul à vraiment toréer. Le garçon a de l’aguante, sait se placer, et ses petits mouvements de poignet parviennent parfaitement à diriger les charges. Un côté professionnel convainquant. Ainsi face au second, , il aligna quelques véroniques et demie avant que le bicho ne casse le palo de Gabin lors de la première rencontre, prenant une seconde pique puis venant une troisième fois, déséquilibrant le lancier qui vida les étriers. Doublant bien genou plié, Tibo composa une faena ambidextre de bonne facture, sans perdre de vue un novillo qui quelquefois s’appuyait sur lui dans ses charges. Final encimista avant quelques difficultés avec l’acier en trois assauts pour une demi-lame en place. Salut après un descabello finalisant le débat.

RAS au capote face au quinto qui prit deux piques. Salut d’El Santo au second tiers, puis une bonne entame de faena à droite en trois séries de correcte facture. A gauche, rien à faire. Final encimista sans grande portée avant trois-quart contraire au second assaut. Silence.

Le troisième novillo était le meilleur de la tarde. Adrien l’accueillit joliment genou fléchi, puis le présenta face au picador. Bel engagement du bicho qui leva le cheval et le jeta au sol, prenant ensuite une seconde ration de fer vengeresse suivie d’un picotazo. Hélas l’engagement du garçon fut limité et son toreo électrique marginal. A peine pourra-t-on se souvenir de quatre derechazos de verdad. Tiers de lame au troisième assaut suivi d’une entière. Silence.

Au dernier Adrien perdit du terrain d’entrée de jeu et jamais il ne domina. Après deux rations de fer, traserita la première, le seconde prise en poussant bien, le garçon ré-enclencha la marche arrière muleta en mains avant de jeter l’éponge et de prendre l’épée pour un tiers de lame et une entière caida. Silence.

Une novillada à oublier et des leçons à tirer …

Reseña et photos : Paco.