Retour sur la carrière d’Ivan Fandiño.

Ivan Fandiño était né à Orduña (Vizcaya) le 29 septembre 1980.

Joueur de pelote dans sa jeunesse, il choisit ensuite d’endosser le costume de lumières avec lequel il défila pour la première fois le 16 août 1999 à Llodio (Alava) avant de faire ses armes dans les pueblos du Levante et d’Andalousie.

C’est à Orduña qu’il se présenta en piquée le 2 juin 2002 aux côtés de Julien Lescarret et d’Iker Javier Lara face à des utreros de Javier Perez Tabernero (trois oreilles).

Peu de temps après il rencontrait Nestor Garcia qui allait devenir son apoderado. C’est ensemble qu’ils préparèrent la présentation à Madrid, laquelle eut lieu le 12 septembre 2004 face à des novillos de Navalrosal, en compagnie de Manuel Barea El Arqueño et du colombien Héctor José (oreille).

Vint l’alternative à Bilbao le 25 août 2005, El Juli lui cédant le toro “Afrodisiaco” d’El Ventorillo en présence de Salvador Vega. Il confirma à Las Ventas le 12 mai 2007 des mains d’Antonio Ferrera face au toro « Catalan » de La Dehesilla, Morenito de Aranda officiant comme témoin. Sa bonne prestation lui valut de revenir deux fois à Madrid par la suite.

Le 1er mai 2010, il coupe sa première oreille (d’un Guardiola Fantoni) à Las Ventas et la même année se présente à Séville, Pamplona et Zaragoza devant des devises réputées difficiles (respectivement Palha, Dolores Aguirre et Partido de Resina). Blessé à Bilbao par un Puerto de San Lorenzo cette même année, il consolidera son cartel lors de la temporada suivante grâce aux quatre oreilles obtenues à Madrid lors de ses trois comparutions. D’autres succès suivirent, malgré une interruption d’un mois due à une blessure subie à Malaga.

En 2012 il ouvre la Puerta Grande de Valencia après y avoir combattu des Fuente Ymbro, puis enchaine les triomphes à Séville, Madrid, Pamplona (Puerta Grande), Bilbao et Valencia (encerronas), mais aussi en France où il est déclaré meilleur matador de la temporada dans le sud-ouest. La Radio Nacional de España en fera aussi son triomphateur en lui décernant son Oreille d’Or.

Oreille d’Or de RNE 2013

Ecarté de Séville en 2013, il coupe une oreille à Castellon et à Valencia, puis se fait blesser à Madrid par un toro de Parladé lors du premier de ses trois contrats. Il recevra cependant le prix de la meilleure faena de la San Isidro. Il reprend l’épée un mois après à Soria, puis enchaine les succès à Pamplona (triomphateur du cycle), Mont de Marsan, Bayonne (encerrona avec des Fuente Ymbro), Dax, Arles, Santander, Caceres, Salamanca, Burgos, Palencia, Cuenca, Almería, Ciudad Real et Zaragoza. Pour la seconde année consécutive, il sera déclaré meilleur matador de la temporada dans le sud-ouest de la France, et recevra sa seconde Oreille d’Or de la RNE.

Las Ventas. 13 mai 2013

En 2014, il sort a hombros de Las Ventas le 13 mai après avoir coupé une oreille à chacun de ses deux toros de Parladé, tuant le second sans utiliser sa muleta.Il confirme ses bonnes dispositions lors de la Beneficiencia (oreille), à Pamplona (triomphateur du cycle), Mont de Marsan (trois oreilles des La Quinta), Bayonne (deux Puerta Grande), Alicante, Valladolid, Linares (Trophée Manolete), Huelva, Vitoria, Valencia, El Puerto de Santa María, Ciudad Real, Pontevedra, Soria, Palencia, Coruña et Guadalajara (encerrona avec des Jandilla, cinq oreilles).

En 2015, il s’enferme avec six toros de ganaderias toristas, mais le bétail n’est pas à la hauteur et Fandiño en retrait. Le moral du torero de Orduña en prendra un coup et il semble avoir perdu le sitio, malgré un triomphe à Mont de Marsan. Cette temporada restera comme l’une des moins abouties du garçon.

Il refait cependant surface l’année suivante et retrouve ses marques. Ce sera hélas sa dernière temporada complète avant que « Provechito » de Baltasar Iban lui ôte la vie en ce funeste 17 juin 2017 à Aire sur l’Adour.

Ivan Fandiño avait 36 ans, il était marié et père d’une petite fille de deux ans. Que sa famille et ses proches trouvent ici l’expression de nos plus sincères condoléances.

RIP, Torerazo !