Sotillo de la Adrada (Avila). 11 juin. Juan Bautista indulte « Revoltoso » de Rehuelga.

Hier à Sotillo de la Adrada, trois toros de Rehuelga (1º, 2º et 3º) et trois de Juan Pedro Domecq (4º, 5º et 6º) étaient à l’affiche face à une terna composée de Juan Bautista, El Cid et Salvador Cortes.

La tarde a commencé fort avec l’indulto de « Revoltoso », nº 22, cárdeno, né en décembre 2012 et porteur du fer de Rehuelga.

« Le toro fut extraordinaire dès sa sortie, confiait Juan Bautista qui ajoutait, ça s’est vu dès la réception au capote où on a pu noter sa qualité et son temple. Il avait le rythme des Santa Coloma qui est bien distinct des autres. Il a bien mis la tête dans le premier capotazo, et s’il n’a pris qu’une pique, il s’est employé et ça a été dur de le sortir du peto. Il a poussé jusqu’à la barrière et s’est battu longtemps. Ensuite, dans la muleta, il a chargé avec le même rythme et on s’est demandé s’il allait tenir jusqu’au bout. La surprise a été qu’il dura longtemps. Après l’indulto, je lui ai donné encore deux séries et puis on l’a laissé tranquille. Il en avait assez fait ».

Jean-Baptiste expliqua que la connexion avec « Revoltoso » avait été immédiate et qu’il avait fait cesser la musique pour profiter du toro, pour le toréer a gusto, pour sa satisfaction personnelle, sans que rien d’extérieur ne vienne le gêner. « Le toro est allé a mas, y compris dans la transmission, et à mon avis, l’indulto se justifiait totalement« .

« Revoltoso » a rejoint sa finca d’origine afin d’y être soigné par une équipe de vétérinaires. c’est le troisième toro d’encaste Santa Coloma que Juan Bautista indulte, avec « Golosino » de La Quinta à Istres et un autre en Amérique. L’arlésien va-t-il devenir un spécialiste de cet encaste comme le fut jadis Paco Camino ?

Poue en finir avec cette course qui restera dans les mémoires, après avoir reçu les trophées maxima symboliques, c’est une oreille du quatrième qui est venu compléter le tableau des récompenses. Enhorabuena au torero qui a quitté la plaza a hombros.

El Cid (silence et deux oreilles) et Salvador Cortes (silence et deux oreilles) ont accompagné Juan Bautista par la Puerta Grande.

(Photo : DehesaBrava)