Madrid. Retour sur la corrida de rejon du 10 juin.

« No hay billetes » pour ce quatrième rdv équestre de la San Isidro qui a vu le triomphe de Sergio Galan.

Ce dernier coupe trois oreilles et ouvre la Puerta Grande. Son toreo et son équitation sont empreints de classicisme et de sobriété. Il eut le meilleur sorteo. La compétition a été ternie et déséquilibrée par le peu de qualité des toros.

Il reçut son premier Bohorquez a porta gayola avec Amuleto et fit une jolie faena épurée avec des déplacements latéraux templés avec la seule main de bride initiés par Ojeda et des banderilles de bonne facture clouées de face avec Titan, clôturée sur Oléo par une entière lui valant deux oreilles. A son second, c’est avec Artista qu’il châtia « Ubicador ». Aux banderilles, c’est avec Embroque qu’il cloua deux bâtons de face, et deux paires à deux mains toujours de face avec Apolo, cité au piaffer arrêté à quelques mètres seulement du bicho. Il termina avec Oléo auteur d’une demi-lame douteuse mais vite puntillé. Forte pétition : une oreille.

Si Galan eut le meilleur sortéo, Pablo Hermoso de Mendoza et Léa Vicens ne furent pas gâtés par leurs opposants.

Le second de Pablo fut particulièrement décevant. Le maestro fut obligé de le toréer dans sa querencia, posant le premier castigo al sesgo ainsi que trois banderilles. Il réussit à en poser une quatrième au centre du ruedo par miracle. Silence par deux fois, le chef de lidia confiera sa frustration, son amertume et sa désillusion, expliquant que tant d’efforts, de rêves, de travail et de préparation étaient anéantis par la mauvaise qualité du bétail, inadmissible dans la plus grande arène du monde.

Léa coupa une oreille au dernier toro de la course, récompensant entre autre son courage et son sang froid. Après une chute spectaculaire avec Jazmin, elle enfourcha Espontaneo : un pinchazo, une demi-lame et un descabello lui valurent une forte pétition: 1 oreille.
Léa fut opposée à « Quitazol » qui sortait de ses querencias avec de brusques areones, et à « Malvista » le plus lourd de la tarde, manso et compliqué. Les deux faenas de la nîmoise furent plaisantes, précises et bien menées. Avec une meilleure conclusion, son premier combat aurait mérité aussi de belles récompenses.

Analyse de la tarde : Freddy Porte.

(Photos : Plaza 1)