Flash back sur les corridas de Madrid (2).

Retour sur les corridas de Madrid un peu délaissées à cause des ferias de Nîmes et de Vic. Deuxième partie.

Mardi 6 juin. Alejandro Talavante le plus en vue face aux Victorino.

Diego Urdiales hérita d’un premier Victorino soso et se mit au diapason de son opposant qu’il liquida très vite. sifflets aux deux protagonistes. Le quatrième était court de charge et pas très franc dans son comportement. A nouveau, le riojano abrégea la rencontre. Silence pour le cornu et sifflets pour le piéton.

Alejandro Talavante s’est entendu parfaitement avec le bon second, dominant son sujet de bout en bout, signant une faena ambidextre de bon niveau à base de muletazos aboutis et templés. Oreille légitime. Le quinto n’était pas du même tonneau. Tête haute, cognant dans les étoffes, court de charge, il trouva en face de lui un torero serein qui lui imposa quelques muletazos de correcte facture avant d’abréger très vite sa vie publique. sifflets.

Paco Ureña s’est imposé face à un troisième encasté et exigeant qui ne lui fit aucun cadeau. Volontaire, le murciano monta au front et signa quelques bonnes tandas ambidextres avant d’occire son adversaire d’une estocade longue d’effet nécessitant l’usage du descabello. Ovation à l’arrastre et vuelta pour le torero. Compliqué et sur la défensive, le sixième obligea le garçon à un nouvel effort, ce que consentit Ureña qui refusa de baisser les bras. Trasteo plus engagé que brillant d’un garçon qui s’afficha au-dessus de son adversaire. Silence.

(Photo : Plaza 1 et diaporama : louise2z)


Mercredi 7 juin. Importante corrida de Rehuelga avec trois toros de note supérieure.

Cinq toros de Rehuelga et un de San Martin (1°) composaient le menu ganadero du jour dont trois toros se distinguèrent (3°, 5° et 6°), le quinto, « Liebre« , nº 20, étant honoré de la vuelta posthume, les troisième et sixième recevant une belle ovation à l’arrastre. Une pétition de vuelta pour le sixième ne fut pas prise en compte par le palco.

Fernando Robleño lidia en premier un San Martin fade et de charge courte qui n’offrait aucune option. Trasteo volontaire du garçon qui se retira en silence. Pas mieux avec un quatrième à l’identique du premier. Nouveau silence.

Alberto Aguilar s’est montré digne face à un second qui n’offrait guère d’intérêt. Quelques muletazos de correcte facture sur les deux bords. Silence. Le quinto, qui portait sans peine ses 647 kg, fut brave au cheval en trois rencontres et noble à la muleta. Le madrilène sut en tirer partie, composant une faena autoritaire de bon goût conclue par une lame desprendida. Vuelta pour le brave « Liebre » et salut après pétition pour Aguilar.

Perez Mota affronta en premier un toro noble et mobile avec lequel il eut du mal à trouver l’accord, d’où une faena d’inégale intensité terminé par une estocade au second assaut avec bousculade à la clé. Ovation à l’arrastre et sifflets pour le piéton. Le sixième était un grand toro, exigeant, répétant tête basse. Faena volontaire du garçon, avec quelques estimables séquences droitières, mais en-dessous des possibilités offertes, une prestation qui fut sanctionnée par des sifflets tandis que le Rehuelga sortait sous l’ovation.

Salut mérité du mayoral à l’issue de la course.

(Photo : Plaza 1 et diaporama : louise2z)