Madrid. 1er juin. La débâcle continue …

Encore une tarde gâchée par les toros. Cette fois c’est la maison mère, Juan Pedro Domecq, qui est en première ligne avec des toros certes corrects de présentation mais faibles et décastés.

Continuez ainsi, messieurs les ganaderos, à vouloir faire du toro artiste pour figuras, et quand tout ce beau monde se sera bien rempli les poches, nous n’aurons bientôt plus besoin des antis pour enterrer la corrida. Mouvement d’humeur, certes, mais marre d’allumer la télé et de l’éteindre après deux ou trois lidias pour ne plus voir des larves cornues se trainer en piste.

Alors que dire de la corrida d’hier où cinq Juan Pedro et un remiendo de Juan Manuel Criado (5°) ont affiché si peu de ces qualités qui font l’essence d’un toro de combat. Le Criado fut à peine au-dessus, mais au royaume des aveugles … les borgnes sont rois ! Et nous étions à Madrid !!! Que pena !!!

On se contentera donc d’énoncer le résultat brut :

José Maria Manzanares : palmas et silence.

Cayetano : silence et salut.

Joaquin Galdos : salut et silence.

A noter que Galdos a confirmé son alternative avec « Estelbo », n° 128, colorado, né en février 2012, 526 kg.

Après ces bonnes paroles, je partirai ce week-end rafraîchir mon aficion à Vic. Profitons en encore avant que nos arènes soient transformées en supermarchés. L’échéance n’est peut-être pas si lointaine …

Photos : Joël Buravand.

Photo du haut : le toro actuel, de Madrid (et d’ailleurs …)