Madrid. 31 mai. Oreille pour Perera et Roca Rey.

La corrida de Victoriano del Rio a relevé un peu la sauce ganadera servie à Las Ventas depuis le début du cycle.

Bien présentés, sérieux, braves et donnant un bon jeu, ils furent à la hauteur de ce que l’on attend du bétail brave, à l’exception du fade sixième. Les meilleurs de l’envoi furent les second, quatrième et cinquième.

Miguel Angel Perera profita des qualités du quatrième pour composer une bonne faena, la main droite s’imposant par sa profondeur supérieure à l’autre. Bon travail lié, solide et engagé qui valut à l’extremeño l’oreille de son opposant après une bonne estocade. Le premier était noble mais il manquait un peu de jus. Perera montra sa facette professionnelle solide sans pouvoir vraiment élever le niveau du débat. Silence.

Alberto Lopez Simon livra un travail moins abouti face au second où la main droite fut conquérante mais où le passage à gauche fit perdre de l’intensité à l’ensemble. Salut. Toto Sandoval fut appelé à saluer à l’issue d’un bon tiers de varas face au bon quinto auquel le madrilène proposa une faena de mas a menos mal conclue avec les aciers. Arrastre ovationné et sifflets pour le piéton.

Le troisième était un toro manso. Andrés Roca Rey en tira pourtant parti grâce à une technique consommée et une volonté sans faille. Bonne faena du péruvien qui fit le maximum pour extraire de l’animal tout ce qu’il avait à proposer. Oreille. Le sixième avait peu de jus et à nouveau le garçon insista mais ne put faire grand chose, faute de matière première. Silence.

(Photos : Plaza 1)