Madrid. 25 mai. L’intérêt revient. Triomphe de Ginés Marin.

Enfin une bonne corrida avec du bétail d’Alcurrucen encasté et donnant du jeu, dont trois toros qui se signalèrent, les 2° et 5°, et surtout 6° fortement ovationné à l’arrastre.

Il y avait des toros, il y eut aussi des toreros, et particulièrement Gines Marin qui, pour sa confirmation d’alternative, s’est offert la Puerta Grande de Las Ventas en coupant les deux oreilles du sixième toro de la tarde. Faena d’envergure, face à un bicho qui s’est prêté au jeu sans innocence, de quoi réconcilier les aficionados avec leur spectacle favori. Un torero dont on avait aperçu les qualités et qui s’est révélé dans la première arène du monde. Grande estocade pour le final. Double trophée. Le garçon avait auparavant construit une faena classique de bon niveau face à son premier, un toro noble mais qui manqua un peu de jus et qu’il fallut solliciter pour qu’il collabore. Le mauvais maniement de l’acier ôta tout espoir de trophée. Salut.

Entouré de deux jeunes toreros qui confirmaient leur passage à l’échelon supérieur, El Juli se devait de montrer qu’il était l’une des figuras en place. Face au second, il donna une leçon de pouvoir, soumettant l’animal par le bas et l’embarquant dans de longs muletazos avant de l’occire d’une bonne lame. Oreille. Autre leçon du maître face à ses élèves avec la lidia du quatrième, un Alcurrucen de bonne note auquel il proposa un trasteo important qu’une lame défectueuse au second assaut vint gâcher. Salut après que la Puerta Grande un instant entr’ouverte se soit refermée.

Second jeune loup de la tarde, Alvaro Lorenzo se devait aussi de montrer qu’il fallait compter avec lui. Ainsi il composa une faena de bonne facture au toro de la confirmation, mais le manque de présence de l’animal empêcha toute transmission. Salut après une estocade correcte. Le quinto était un bon toro qui hélas s’éteint au final. Le jeune torero signa une longue faena templée d’inégale intensité dont les meilleures séquences furent composées sur la corne gauche. Salut après une estocade correcte.

(Photos : Joël Buravand)