Retour sur l’élection de la Reine d’Arles.

En Provence, lorsqu’on évoque Naïs, on ne peut s’empêcher de penser à I’oeuvre cinématographique de Marcel Pagnol.

Il s’agit d’une histoire d’amour qui pourrait se terminer tragiquement si Toine (Fernandel) ne veillait pas sur les amoureux. Le film se passe en Pays d’Aix. Passons sur cette belle histoire, passons aussi, sur les origines du prénom, avec ses contradictions et ses diverses interprétations ….. Je ne retiendrais que sa signification : « gracieux » … Adjectif ô combien approprié à celles qui portent le costume traditionnel du Pays d’Arles.

D’après la mythologie Grecque et Romaine, Naïs serait la nymphe des mers, des ruisseaux et des fontaines. Que souhaiter de plus, si ce n’est que le jaillissement de ces eaux alimente et défende nos passions, notre culture, notre art de vivre, nos traditions.

(Photo Romain Boutillier – ville d’Arles)

Et c’est selon la tradition que le maire d’Arles a prononcé du balcon de l’hôtel de ville le 1er mai dernier: « Pople d’Arle veici ta Reino».*

Naïs Lesbros, c’est son nom, est née il y a 22 ans dans la cité romaine et vit dans le village de Mollégès entre Alpilles et Durance. Son grand-père, son père, un de ses frères, sont bergers. Ils ont de plus une passion pour la bouvino. Deux d’entre eux officient en tant que gardians amateurs dans les ferrades et autres abrivados. Sa maman, Marie-Ange Cazeau, porte le costume d’arlésienne et a habillé la petite Naïs depuis son plus jeune âge. Enfance bercée par la langue de Mistral qui se parlait couramment à la maison. Sa grand-mère maternelle porte également le costume. Elles ont été distinguées toutes deux de la Pervenche. Son grand-père maternel a été honoré de la Cigale d’argent qui le porte au rang de «mestre d’obro». Il s’agit d’une reconnaissance du Félibrige récompensant son implication pour la langue provençale. Il est l’auteur de deux ouvrages poétiques écrits en Provençal.

Autant dire qu’elle a baigné depuis sa plus tendre enfance dans un terreau on ne peut plus fertile, de quoi alimenter son rêve de petite fille, celui d’être un jour couronnée du titre suprême.

Quand on l’interroge, elle avoue être fière, bien sûr, et émue. Elle nous confie également mesurer I’ampleur de ta tâche qui lui incombe à présent. Nul doute qu’elle représentera dignement le peuple d’Arles…

Naïs termine des études d’assistante sociale. Ce règne de trois ans sera une riche parenthèse dans sa vie personnelle. La nouvelle reine devra donner priorité à ses nouvelles responsabilités. La 23ème souveraine va être intronisée le 2 juillet prochain lors de la Fête du Costume au Théâtre Antique : encore un moment d’émotion en perspective …

De gauche à droite : Laura Bernabé, Lucie Barzizza, Amandine Sabatier et Naïs Lesdros. (Photo Ville d’Arles / O. Querette / Ektadoc)

Pour assumer ses nouvelles fonctions et ses diverses représentations, Naïs pourra compter sur ses trois demoiselles d’honneur : Lucie Barzizza, Laura Bernabé et Amandine Sabatier, cette dernière étant la belle fille de Georges Rado, raseteur bien connu. La défense du costume, mais aussi la défense de la course camarguaise, de la corrida, de l’agriculture et de la biodiversité semblent être son cheval de bataille …. Nous aurons le plaisir de la voir défiler à Mollégès pour la Saint Eloi le 18 juin prochain, soit quinze jours avant sa prise de fonction officielle.

Nous lui souhaitons bonne chance pour les trois ans à venir !

Freddy Porte.

(Photo du haut : http://www.ledauphine.com/)

* Elue pour trois ans, la Reine d’Arles et les Demoiselles d’Honneur sont choisies après avoir fait preuve de leurs connaissances en histoire, littérature, architecture, arts, traditions et langue provençales. La Reine devient alors l’ambassadrice des traditions du Pays d’Arles, présente au côté des personnalités locales dans toutes les manifestations culturelles et traditionnelles. Dans ces occasions, elle porte toujours le costume d’Arlésienne.

La première Reine fut élue en l’honneur des 100 ans de la naissance de Fréderic Mistral. L’actuelle Reine d’Arles, Naïs Lesbros, élue en 2017, est la 23ème à porter ce titre. Comme les précédentes, elle remplira durant son mandat, accompagnée de ses demoiselles d’honneur, un rôle de gardienne de la culture, du costume et de la langue provençale.

Photo : Jean-Pierre Souchon)

L’élection de la Reine d’Arles est un moment fort pour les Arlésiens et tous ceux qui se trouvent en ville ce jour là ! Après une matinée d’ultimes entretiens, la Reine d’Arles et ses Demoiselles d’Honneur sont officiellement présentées par le Maire au « peuple d’Arles », du haut du balcon de l’Hôtel de Ville : « Pople d’Arle, veici ta Reino ».