Séville. 2 mai. Tarde d’ovations.

Tarde sans oreilles hier à Séville, soit à cause de la soseria ou de la mansedumbre du bétail (1°,2° et 6°) , soit à cause des aciers (3°, 4° et 5°).

Morante de La Puebla se distingua au capote face au premier lors de la réception par véroniques, puis lors d’un quite par tafalleras avant que le toro tombe dans la soseria et laisse le sévillan sans options. Grande estocade. Salut. La quatrième afficha une bonne noblesse permettant à Morante de signer un travail relâché comportant notamment de bonnes séquences gauchères. Un trasteo qui aurait pu être primé dans une mise à mort un peu longue. Nouveau salut.

Miguel Angel Perera dut composer avec la mansedumbre du second qui se dégonfla très vite et chercha les tablas. L’extremeño lui tira ce qu’il put avant de l’occire. Salut. Le quinto servit davantage et Perera en profita pour dessiner quelques belles véroniques. Faena d’inégale intensité par la suite conclue d’une lame basse. Salut.

Javier Jimenez avait une carte à jouer. Il afficha donc beaucoup de volonté face à un premier adversaire noble mais manquant d’entrega, composant une longue et méritoire faena à force d’application pour tirer à l’animal tout ce qui était possible. Hélas l’estocade en deux temps limita la récompense à un salut. Le sixième, au comportement inégal, ne lui permit pas de composer grand chose. Quelques détails à retenir. Salut.

Les toros portaient les fers de Garcia Jimenez et Peña de Francia (2°).