Nîmes. La municipalité rend hommage à Jean Lafont.

Avec Jean Lafont s’éteint une incarnation majeure de la Camargue.

Manadier passionné, il était dans la lignée de celles et ceux qui ont donné ses lettres de noblesse à la course camarguaise. Attentif à un élevage du taureau à la fois savant et écologique, ses cocardiers ont été d’innombrables fois Bioù d’Or. On se souvient qu’il présida au volet « course libre » des Arènes de Nîmes, invitant le peintre mondialement connu Arroyo à créer l’affiche, signe de nos trophées.

Dans sa riche bibliothèque de la Tour du Valat sur les rayons de laquelle étaient reliés les grands textes du Languedoc et de Provence, étaient en majesté les épreuves du « Trésor du Félibrige » corrigées de la main même de Frédéric Mistral.

Jean Lafont était aussi passionné de corridas. Son amitié pour Christian Montcouquiol a beaucoup compté pour Nimeño II.

Homme de vaste culture, Jean Lafont se passionnait pour le Bel Canto.

Expert en la matière, il a organisé plusieurs saisons lyriques dans ce cadre exceptionnel qu’est notre amphithéâtre romain.

Il fut un soutien fidèle du Musée des Cultures Taurines dès sa préfiguration. Notre collection possède d’ailleurs une belle œuvre de sa main.

Jean Lafont, dont la curiosité intellectuelle allait jusqu’à faire de lui un spécialiste de botanique, avait sur la vie et ses contemporains un regard aigu et attentif ; celui du veilleur.

Désormais, son souvenir accompagnera les afeciouna qui feront de son exemple l’une des vertus majeures du Sud.

Jean-Paul FOURNIER
Sénateur du Gard, Maire de Nîmes

Daniel Jean VALADE
Adjoint au Maire délégué à la Culture, Président de Carré d’Art

Frederic PASTOR
Conseiller municipal délégué à la Tauromachie