Manizales. 7 janvier. Puerta Grande pour Ramsés.

Pour l’avant-dernière corrida de la Feria del Café de Manizales, c’est le matador colombien natif de Bogota Ramsés qui ouvre la Puerta Grande après avoir coupé trois oreilles à de bons toros de Juan Bernardo Caicedo.

Le garçon coupa la première oreille au premier bicho de la tarde à l’issue d’une faena solide mais d’inégale intensité, pas gagnée lors des premiers muletazos puis plus affirmée par la suite avant de finir un peu embrouillée mais rattrapée par un bon estoconazo. Faena de menos a mas face au quatrième avec le toreo lent et templé d’un torero dans la pleine maturité de sa carrière. Le pupille de Caicedo se prêta au jeu avec une qualité qui le fit honorer de la vielta posthume après que Ramsés l’ait occis d’un second espadazo faisant apparaître deux mouchoirs blancs au palco.

Miguel Angel Perera toréa lui aussi a gusto son premier adversaire, liant des séries de muletazos lents et templés en baissant joliment la main après avoir mis son opposant en confiance pour l’obliger à se livrer. Oreille après une bonne lame. Le ramage du quinto ne fut pas à la hauteur de son plumage (comme aurait dit La Fontaine). Bronco, incertain dans ses charges, il n’offrit guère d’options à l’extremeño qui parvint cependant à dessiner quelques méritoires muletazos (silence).

Pablo Hermoso de Mendoza n’eut pas en partage un lot propice au succès. Margré ses efforts, il ne put rien tirer de ses adversaires et se retira en silence par deux fois.

(Photo : Rodrigo Urrego B)