La ganaderia François André reçoit ses amis.

_dsc4579Frédéric Lautier, ganadero des Héritiers de François André, recevait hier ses amis pour une tienta de fin de temporada.

C’est sous un soleil radieux mais une température frisquette qu’une centaine de personnes avait répondu à son invitation pour voir toréer successivement Tibo Garcia, Hervé Galtier et Tristan Espigue, Antoine Saroul et Christophe De Vos sortant de second.

_dsc4591La première vache, un poil faiblarde, sortit avec de grandes qualités de noblesse, bien que manquant un peu du piquant qui caractérise la ganaderia. Tibo Garcia l’exploita au mieux, affichant de gros progrès au terme d’une première saison prometteuse, toréant avec beaucoup de douceur et de temple, livrant une faena ambidextre de haut niveau qui, dans une arène, aurait pu être primée d’une double récompense. La temporada à venir s’annonce sous les meilleurs auspices si le novillero nîmois continue sur sa lancée.

_dsc4611La seconde vache avait plus de piquant, mais une bonne dose de noblesse, même si quelquefois elle eut tendance à couper le terrain. Hervé Galtier, fort de son expérience, sut s’adapter et livrer un travail professionnel, avec quelques bonnes séquences sur les deux bords malgré le petit défaut pré-cité de la becerra.

_dsc4630La troisième représentante du fer aurait demandé une muleta plus expérimentée que celle de Tristan Espigue qui toutefois s’en tira sans démériter, composant un trasteo propre malgré quelques pertes de terrain. Des qualités qui ne demandent qu’un peu de pratique pour favoriser l’éclosion de ce jeune élève de l’école taurine d’Arles.

_dsc4632_dsc4617Antoine Saroul et Christophe De Vos continuent leur apprentissage. Ils signèrent l’un et l’autre quelques bonnes tandas, malgré quelques scories compréhensibles à ce niveau.

_dsc4648_dsc4655_dsc4670_dsc4680Pour terminer les recortadores d’Arte y Passion exécutèrent de nombreuses figures bien maîtrisées telles écarts, quiebros, sauts à pieds joints et autres sauts de l’ange et sauts périlleux. Des garçons à encourager en leur faisant une place dans les programmations taurines. Ils le méritent !

_dsc4599Tout s’acheva par un apéritif convivial au cours duquel les recortadores remirent un souvenir au ganadero et à sa famille ainsi qu’à l’un des leurs qui sut leur procurer suffisamment de contrats, notamment en Espagne, pour que leurs prestations soient remarquées. Reste à conquérir le marché français !

x3Quant à la ganaderia des Héritiers de François André, qui fêtera ses soixante-dix ans d’existence l’an prochain, elle devrait présenter une novillada piquée après les bons résultats obtenus cette saison dans différentes catégories. Suerte !