Samadet (40). 30 octobre. Deux oreilles pour Michelito et Marcos Perez.

sam-vuelta-michelito-avec-son-pere-peon-pour-loccasionFestival de bienfaisance, petite demi-arène, deux heures cinquante de spectacle, température agréable sous la couverture alors que le soleil traversait les baies.

Sept devises différentes qui se sont, dans l’ensemble bien comportées, permettant aux toreros de s’exprimer dans les faenas.

  • Domingo Lopez Chaves, toro de Gallon, une pique ; une entière et deux descabellos, une oreille.
  • Marc Serrano, toro de Philippe Cuillé, une pique ; un mete y saca, quatre pinchazos, trois quant de lame, un avis, salut.
  • Michelito, toro de Virgen Maria, une pique ; une entière, deux oreilles.
  • Joaquim Galdos, toro de Camino de Santiago, une pique ; trois pinchazos, une demi-lame, un descabello, salut.
  • Manolo Vanegas, toro de Piedra Rojas ; un pinchazo, une entière, une oreille.
  • Marcos Perez, toro de Domingo Hernandez, deux piques, vuelta posthume ; une entière, deux oreilles.
  • Baptiste Cissé, toro de Pagès-Mailhan, une pique ; une entière, trois descabellos, salut.

Marc Serrano avec la complicité de Didier Cabanis a réussi son nouveau pari autour du festival de bienfaisance, au profit des enfants hospitalisés. Dans les arènes de Samadet où il a trouvé le soutien de Serge Dupouy, il a présenté une solide après-midi de toros avec sept élevages différents.

sam-chavesDomingo Lopez Chaves avait ouvert les hostilités avec un Gallon parfaitement présenté auquel on pouvait seulement reprocher une charge un peu courte, mais d’une excellente noblesse. Domingo faisait monter l’intérêt avec une série de naturelles.

sam-serranoMarc Serrano poursuivait face à un Philippe Cuillé accueilli par une série de cinq véroniques. Le torero, pas toujours maître à droite, se régalait par contre sur l’autre main, avec calme et une éclatante sérénité.

sam-michelitoMichelito, très profond sur deux véroniques, allait écrire une faena sur les deux mains, très diversifiée avec des muletazo dessinés au millimètre. On a découvert un garçon tout à fait maître de son art, doué d’un sens profond du toro. A voir et revoir sans modération.

sam-galdosJoaquim Galdos est tombé sur un Camino compliqué auquel il a dû arracher les passes une à une. Il n’a pas hésité à se livrer à fond, mais la charge trop hésitante ne lui a pas permis de continuer après ses six premières véroniques très amples et profondes.

sam-vanegasManolo Vanegas, qui partagea les banderilles avec l’écarteur Baptiste Bordes, se confronta à un animal un peu tardo. Ses efforts lui permirent de tirer le meilleur de l’animal et de se faire apprécier.

sam-marcos-perezMarcos Pérez, dont c’était la première course en France, croisa un immense toro de Domingo Hernandez. Il fut le seul à prendre deux piques, poussant et promenant le cheval lors du premier châtiment. Un toro qu’il dut maîtriser en ouvrant avec des passes basses, de chatiment presque, un genou à terre. Par la suite il toréa avec beaucoup de douceur et une belle élégance sur la main gauche. Avec un peu plus de lenteur, il aurait atteint des sommets.

sam-cisseBaptiste Cissé, intéressant à la cape, dut entrer dans la querencia de son adversaire pour parvenir à signer quelques muletazos. Il fut obligé de renoncer rapidement devant l’apathie de ce Camarguais.

Un festival qui aura comblé de nombreux aficionados.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol.