Catalogne et Bogota : fin de la prohibition de la Fiesta.

8105197-imageSix longues années ont été nécessaires pour que le Conseil Constitutionnel espagnol lève la prohibition des corridas en Catalogne.

Le vote intervenu hier après-midi s’est soldé de façon positive avec huit voix pour la levée de l’interdiction et trois voix contre. La justice a estimé que le recours déposé par le PP (Partido Popular) était justifié par l’inconstitutionnalité de la mesure modifiant la loi sur la protection animale.

Bien évidemment le Parlement Catalan, déjugé par cette décision, a réagi en annonçant qu’il se allait se mettre immédiatement au travail pour que le jugement n’ait aucune conséquence dans la pratique en cours. On peut donc s’attendre à une guerre de tranchée entre les pros et les antis dont fait ouvertement partie la mairesse de Barcelone.

Beaucoup de réactions de satisfaction bien sûr de la part du monde taurin car le jugement légitime la Fiesta et donc la protège de toutes décisions défavorables qui pourraient être prises par des communautés autonomes n’ayant pas légitimité pour le faire. L’Etat reste donc maître du jeu.

Quant au possible retour des corridas en Catalogne et principalement dans la Monumental de Barcelone, rien ne l’empêche puisque les installations sont en état et donc prêtes à être ré-utilisées. L’édifice étant privé, l’organisation de corridas dépendra du bon vouloir du propriétaire, lequel pourrait aussi se retourner contre les instances locales qui l’ont empêché de travailler pendant plus d’un lustre.

Côté toreros, Enrique Ponce a réagi en déclarant que maintenant que la Fiesta était reconnue légale en Catalogne, il fallait dès à présent se mettre au travail pour organiser son retour et pourquoi pas en fixer une date, son désir le plus cher étant de refaire un paseillo dans la Monumental.

Affaire à suivre donc, qui fera couler beaucoup de salive et beaucoup d’encre.

(Photo : Alberto Estevez)

Plaza de toros La Santa Maria de Bogotá (photo : Carlos Andrés Prada Durán)

Un bonheur ne venant jamais seul, on a aussi appris que la plaza de toros La Santamaria de Bogota (Colombie) allait ré-ouvrir ses portes en janvier prochain après que le tribunal ait donné tort aux pourfendeurs de la Fiesta. Les arènes ont donc été attribuées par adjudication pour une temporada à l’empresa Columbia Taurina, à charge pour elle d’organiser cinq corridas et une novillada piquée entre janvier et février ainsi que deux novilladas sans picadors au mois d’août 2017.

(Photo : Carlos Andrés Prada Durán)