Nîmes. 16 septembre. Triomphe de Manolo Vanegas et temple de Tibo Garcia.

_mg_2460-001N’ayant pu me rendre à Nîmes assister à la novillada pour raison professionnelle à cause des intempéries, je remercie vivement Christophe Dumond pour la reseña et Muriel Haaz pour les photos, les deux m’ayant remplacé au pied levé.

Paco.

Ouverture de la Feria des Vendanges nîmoise avec la présentation des novillos français de San Sebastian, pour les jeunes novilleros Manolo VANEGAS, Andy YOUNES et Tibo GARCIA, sous un temps incertain et devant un tiers d’arène. De présentation correcte sans plus, les novillos manquant de chispa ont tout de même permis une soirée agréable.

_mg_2024-001Manolo VANEGAS se fait accrocher le capote à chaque passe par son adversaire sauteur et maigrichon mais en pointe. Aucune mise en suerte pour deux piques sans conviction. Quite par chicuelinas. Le tiercio de banderilles sans histoire laisse le petit cornu gueule ouverte et langue pendante, brindis au public. Le vénézuélien dessine une faena assez brouillonne face à son faible adversaire qui derrote beaucoup. Sur la corne gauche, un léger mieux. VANEGAS se fait toucher la muleta à chaque passe. Il en termine par une entière passée d’effet rapide qui entraine une oreille. Arrastre applaudi.

Son deuxième adversaire est un negro plutôt pas mal roulé qu’il accueille par deux largas afaroladas de rodillas. Il l’amène avec autorité au centre et en termine par une serpentina. Le piquero maladroit loupe le bicho au premier envoi et au deuxième lui met une ration insignifiante. Andy YOUNES réalise un quite par gaoneras. Brindis à Juan BAUTISTA et entame de faena à genoux pour accompagner son novillo vers le centre. Une belle série sur le côté gauche lance ensuite la musique. VANEGAS revient à droite mais le toro fuit le combat à chaque fin de série, cherchant refuge à la barrière ou au toril. Il en finit par une entière trasera longue d’effet. Un avis, une oreille.

_mg_2355-001Le premier adversaire d’Andy YOUNES est un colorado d’armure bonita qui, sur une première mise en suerte, obtient une chute spectaculaire de la cavalerie. La deuxième pique est courte. Joli quite de Tibo GARCIA par chicuelinas avant un tercio de banderilles difficile. Muleta en mains, Andy YOUNES tire des lignes comme un géographe, sans style personnel. Il abuse des redondos et en finit par une entière caida efficace. L’oreille est refusée par la présidence à juste titre. Vuelta très fêtée par son fan club.

Son deuxième cornu, physiquement plus sérieux, prend deux piques sans histoire. Tibo GARCIA réalise à nouveau un bon quite. Certainement par souci d’économie, la présidence raccourcit le tercio de banderilles à deux paires. Brindis au public. Dès la première passe, Andy YOUNES, à genoux au centre, est accroché sévèrement. Un petit coup d’eau, la chaquetilla en moins, et ça repart ! Visiblement secoué, il tente une faena qui restera fade et décentrée. Il termine sa prestation sous la musique avec des bernardinas, et tue son novillo d’une entière basse en se faisant désarmer. En grand manso, le novillo meurt à la barrière. Une oreille tout de même, de sympathie.

_mg_2190-001Tibo GARCIA reçoit son 1e cornu plutôt mieux présenté avec calme, avant deux petites piques qui révèlent la faiblesse du novillo, lequel s’agenouille. Brindis au public. Une première série de muleta à droite très appliquée et une deuxième très classique lancent la musique. Tibo GARCIA tente un rapide passage à gauche avant de revenir à droite. Le novillo se décompose. Il en conclut par une entière contraire d’effet longuet, entrainant un avis et un simple salut. Dommage !

Le dernier de la soirée est un joli berrendo en negro. Tibo GARCIA lui sert une belle série de véroniques vers le centre. Deux piques quelconques, toujours des économies aux banderilles avec deux paires. Il entame sa faena par une belle série droitière bien décomposée, accompagnée d’un pecho. Musique. Le jeune de Tarascon sait rester classique à gauche, avec temple. Il revient à droite tout en laissant de la distance au novilllo et en termine par des bernardinas avant une entière concluante. Une oreille. Arrastre applaudi.

Avec deux oreilles au compteur, Manolo VANEGAS sort a hombros, Andy YOUNES part à l’infirmerie et Tibo GARCIA donne une leçon de temple et de classicisme de bon aloi dans le monde de la tauromachie actuelle.

Reseña : Christophe Dumond. Photos : Muriel Haaz.